31 mars 2009

Une Tentative démocratique …

Devant les difficultés que rencontre la politique municipale, tant sur la forme que sur le fond , j'avais fait parvenir le 25 Mars à François Farret et deux de ses conseillers, un courrier que vous trouverez ci-dessous auquel il m'a répondu le 28 Mars . Malgré son refus de prendre en compte ma proposition, je tiens malgré tout ceci comme un début de dialogue plutôt qu'une fin de non recevoir - sinon il faudrait la considérer comme définitive ce que je refuse d'imaginer - auquel sous forme de réponse à sa lettre je donnerai suite, me gardant de prendre comme une attaque personnelle le fait qu'il semble m'être reproché d'en porter moi-même …comme il est dur pour certains d' être contestés, sans y voir une atteinte personnelle ! Vous trouverez donc ci- dessous la réponse de François Farret, mon courrier ( électronique ) et un petit mot d'accompagnement à mon courrier pour information auprès de ceux que j'évoquais dans ma lettre . Quand j'aurais expédié à François Farret, ma réponse à la réponse je ne manquerai pas de la confier à ce blog ou vous pourrez la consulter . Merci de votre attention suivie et de vos témoignages réguliers sur mon adresse mail : bernard.quinsat @wanadoo.fr .
______________________________________________________________

De : françois farret
Date : 28 mars 2009 09:36:16 HNEC
À :

Bernard,
>
> La démocratie participative est un long chemin fait d'informations, de
> confrontations d'idées, de recherches de compromis, de prise de décisions et
> d'évaluation. Elle fait travailler ensemble élus, techniciens, citoyens.
> L'équipe municipale, pour sa part, ne prétend pas tout maitriser, tout
> savoir de cette méthode de travail. Nous apprenons et entendons améliorer
> notre pratique au fil des dossiers, avec humilité.
>
> C'est une méthode que nous choisissons d'employer pour certains projets.
>
> Par contre, d'autres projets sont menés à bien au sein de l'équipe
> municipale.
>
> J'ai toujours annoncé ces méthodes de travail.
>
> Quoi qu'il en soit, les attaques personnelles, les critiques infondées ou
> basées sur l'ignorance ne font pas partie de ma conception du dialogue et de
> la démocratie participative. Je me vois donc au regret de ne pas donner suite à
> ton mail.
>
> Cordialement, François Farret .

________________________________________________________________
Le courrier initial de Bernard Quinsat .

De : Bernard Quinsat
Date : 25 mars 2009 15:03:19 HNEC
À : François FARRET
Cc : François RITROVATO , Albert ODOUARD
Objet : Réunion de concertation .

Bonjour ,

J'ai expliqué sur mon blog - j'y reviendrai d'ailleurs - pourquoi par rapport à la manière dont vous pratiquez la démocratie j'ai choisi la position de "la chaise vide" et certains de mes proches l'attitude silencieuse. Je la trouve pour ma part encore trop ambigue notamment quand je la rapproche de la réponse que tu as faite à un de nos concitoyens : comme quoi" tu aimais bien quand il y avait du monde" alors que juste avant " tu avais regretté qu'il n'assiste plus aux réunions du conseil municipal " et qu'il t'avait répondu "que l'expérience lui avait montré que ç'était manifestement inutile ". Ma petite pratique du théatre m'amène bien sûr à savoir qu'il est plus agréable de jouer quand il y a du public, mais le nombre quand il est mal interprété ne reflète pas nécessairement un intérêt et encore moins une approbation encourageant à une continuation dans les mauvais choix et mauvaises pratiques . C'est pourquoi pour moi, dans le cas qui nous concerne, pour l'heure seul l'absentéisme est sans ambiguïté ! Si des règles précises s'établissaient, appliquées rigoureusement, mon point de vue pourrait changer , pourquoi pas …

On me rapporte toutefois que tu aurais fait hier la promesse d'une réunion d'explication sur les dossiers d'urbanisme qui font problème et dont le caractère d'urgence est avéré, sache que je m'en réjouis . Il me semble toutefois qu'avant d'avancer dans cette direction, il faille tenir compte de quelques considérations .

Renoncer d'abord à considérer que le besoin serait un besoin d'explications, il n'en est rien et je ne peux que t'encourager à accepter l'idée que chacun ( le juger apte à …) a su se faire un point de vue argumenté, suffisamment précis sur ces questions et que le besoin qui existe est donc un besoin de confrontation de ces idées venant d'horizon différents et éventuellement la possibilité de trouver une conciliation.
Tu le comprendras ceci ne peut se faire en séance pleiniére comme ça s'est fait jusque là et dont la situation actuelle témoigne de l'inefficacité . La commission extra-municipale me semblerait un cadre adapté et si cela s'avérait probant nous retrouverions les vertus de ce modèle qui pourrait très avantageusement se substituer à ce qui nous est proposé pour l'heure et répondre à cette question que j'ai un jour posé et qui demeure toujours sans réponse : "est ce que pour organiser la participation à la démocratie on peut être - le seul tout du moins - juge et parti ? "

Il me semblerait comme allant de soi, que toi - et ton équipe ? - ayez pu identifier sur les cas qui posent problèmes - et qui devront être nommément identifiés avant toute rencontre afin de savoir de
quoi l'on va parler et de parler que de ça - les " contradicteurs " pour ne pas dire les opposants. Qui sont-ils ? Pour voir si nous sommes d'accord je te propose notre analyse :

1/ l' association " Romagnat demain " créee à l'initiative de Jean- François Sauvadet, et dans laquelle je serais tenté de penser se retrouve Jean Malacan.
2 / l'équipe d'opposition au sein de la municipalité - même si sa position n'est pas très lisible sur ces affaires
3/ le groupe encore informel de " La Prugne " autour de Pierre Solé et Jean- François Carrias .
4/ et enfin l'association Romagnat- Patrimoine- Actuel " hier, aujourd 'hui, demain " dans laquelle nous avons Michel Cournol , Martine Montel et moi-même souhaité rassembler nos points de vue jugés complémentaires et dont ils m'ont confié la Présidence .

Trois représentants de chacune de ces entités pourraient constituer cette commission .

Tu noteras que j'ai fait le choix d'adresser, conjointement à toi, ce courrier à deux de ton équipe, François Ritrovato et Albert Odouard, non pas en arguant de relations amicales déjà anciennes et que je souhaite le demeurent malgré ces vicissitudes, mais en regard de leurs compétences. Compétences électives pour F. Ritrovato en tant qu'adjoint à la culture et que je pense que nos préoccupations se baladent avant tout dans ce champ de représentation et sans parler qu'il est en face également des associations . Albert Odouard quant à lui parce que tout dans son parcours professionnel -tant la géographie que l'école d' Architecture - devrait en faire l'interlocuteur privilégié dans ces circonstances. A toi bien sûr de faire valoir le parti-pris politique et quant à l'absence dans mes destinataires de l'adjoint à l'urbanisme, je ne peux que la justifier par le mutisme dont il fait montre, pendant les réunions qui abordent les sujets sous sa responsabilité, n'arrivant pas à trancher entre un désintérêt de sa part, ou une incompétence les deux de toute façon me donnant raison de mon choix .

Quitte à ce que ça t'oblige à faire bouger un cadre que tu as peut-être fixé un peu trop tout seul, sache que je jugerais très participatif- mieux, interactive et" moderne " - une réponse de ta part , par retour, au moins sur le principe .

Par envoi séparé , je porte connaissance à tous ceux que je mets en cause dans ce courrier, mon initiative .

Bien à toi et merci de ton attention et de ta diligence .

Bernard Quinsat .
Président Association Romagnat-Patrimoine .

Conformément aux Principes de parution du Blog Parole-Libre, les éléments de correspondance sont insérés 48h à 3 jours après leur expédition .

_________________________________________________________________
Appendice rajouté à l'intention de ceux à qui pour info -comme je l'annonçais dans mon courrier - j'ai destiné la lettre . Dans la liste manque Jean Malacan dont je ne connaissais pas alors l'adresse Mail…depuis cette lacune a été comblée !

De : Bernard Quinsat
Date : 25 mars 2009 15:29:52 HNEC
À : Jean-François Sauvadet , Jacques SCHNEIDER , Pierre et Christine SOLE , Jean-François Carrias , Michel COURNOL , Martine MONTEL
Objet : Réunion de concertation .


Bonjour ,

Comme je l'annonçais à Fançois Farret, j'ai le plaisir de vous rendre destinataire de ce courrier que je viens de lui adresser .
Je souhaite bien évidemment que vous y trouviez de l'intérêt et je me tiens totalement à votre disposition, soit pour vous fournir des compléments d' information, soit pour que déjà ensemble nous y donnions suite .

Concernant notre association " ROMAGNAT- PATRIMOINE " nous ne tarderons pas à proposer, à ceux qui le souhaitent, de venir à notre rencontre pour faire plus ample connaissance, au cours d'une réunion à laquelle nous ne manquerons pas de vous inviter .
Sachez toutefois d'ores et déjà que, s'interdisant toute recherche de financement publique pour son fonctionnement , et tout prosélytisme pour son recrutement, notre association outre sa propre réflèxion et ses actions particulières s'est donnée pour règle d'agir dans le cadre de partenariats opérationnels auquel nous espérons bien évidemment vous souhaiterez au cas par cas vous associer , de même que, dans un esprit d'intérêt bien compris,nous nous associerons bien volontiers aux vôtres .

Merci de votre attention et Bien à vous .

Bernard Quinsat .,

________________________________________________

29 mars 2009

D' où vient la lumière ?…………

……souvent de là où on ne l'attends pas !















27 mars 2009

Peut-être suis-je sur un bon chemin ?

Hier soir, je cherche dans mes bouquins " le crabe sur la banquette arrière " en prévision d'un billet dont j'ai déjà le titre " Nigo et Séco : des crabes sur la …………" . Je tombe d'abord sur celui-ci d' Alain Finkielkraut : " L'imparfait du présent " et l'envie de le feuilleter et de relire la préface . Hasard ? …comme l'impression de trouver une balise me disant : tu es sur un bon chemin, continu ! Après, je n'ai pas cherché le livre d' Elisabeth Gille, fille d' Iréne Nemirovsky…ce n'est que partie remise et le billet suivra !

"Placer les idées générales sous la surveillance des cas particuliers "…et puis " ne pas faire de plan, suivre des indications " comme disait Péguy. Ah ! Ce Péguy impossible pour moi de ne pas toujours dans le fond être d'accord avec lui …je serai sans doute obligé de repousser un peu " La Marche de la Passion " où il est prévu que soit donné en partage sa si formidable " Passion de la Vierge " !
Sur la date j'en dirai un peu plus sans trop tarder , après avoir essoré mon agenda !

Pour grandir : oser être mal élevé !

Priére d' insérer : Considérant que c'est un temps suffisant pour se reprendre - s'il s'agit d'un message qui m'est adressé ou d' accuser réception ou de me répondre, au moins sur le principe, si la correspondance émane de moi, passé 48 h je me laisse le droit d'insérer des éléments de correspondances .
J'ai reçu il y a trois jours le double d'un courrier adressé amicalement à l'opposition romagnatoise en me sollicitant pour en faire part dans mon blog . Jugeant que sa teneur autant que sa tournure pouvaient être salutaires à l'opposition et donc indirectement à la pratique démocratique locale - qui en a bien besoin - je l'insère …à peine si je rajoute un titre et une coupure de presse ( à venir ) .

_______________________________________________________________


Mon cher Jacques ,

Ci-dessous un article du journal, ce matin .
Jacques, ce bilan public, c'est un peu ce que je t'avais suggéré il y a quelques jours sans soulever à vrai dire ton enthousiasme .
A Cèbazat , pour une liste qui avait fait un score bien moins élevé que la votre à Romagnat ça semble avoir pas mal marché : une centaine de personnes présentes -, même si c'est moins qu'une pétition pour un calvaire c'est autant que la dernière réunion pour le film sur l'urbanisme et sans doute plus que la plupart des débats participatifs - et un quart de page dans La Montagne, c'est pas négligeable : ça aide à exister !

Faut dire qu'à Cèbazat le leader de l'opposition s'était fait insulter par Auby le Maire qui l'avait traité de " Grand benêt "…parole d'expert puisqu' Auby lui même est un Grand con, c'est même pour ça qu'il s'est vu refusé au dernier moment la place de Président du Conseil Général que lui avait destinée Bonté ( partant aux régionales ) et qui finalement a échu à Gouttebel !

Peut-être qu'à Romagnat, la manière dont la démocratie est détournée n'est pas encore assez insultante pour la population …

L' opposition par réajustements sur les contenus définis par d'autres me paraît insuffisante et fatalement suiviste et l'affirmation du rejet de la politique me laisse perplexe , il y a toujours eu de tout temps et partout des non-alignés qui se sont occupés de la cîté et ainsi fait de la politique !

La situation à Romagnat est étonnamment et insidieusement grave parce qu'elle ne procède pas par références locales qui ne sont que prétextes ( je ne parle pas du plan de carrière du Maire, des ordres qui viendraient de Clermont Co, tout ça c'est de la poudre aux yeux , je parle de ce vieux rêve international de grand soir , comme d'autres ont celui de dissémination de la démocratie par la force.)

. Ainsi, dire que le maire et sa majorité ne sont pas bosseurs nous rendrait nous-même un peu paresseux si nous n'essayons pas d'identifier le Pourquoi ? Ils croient qu'ils sont très occupés parce qu'il s'agitent - le comportement est à la mode - mais ils sont paresseux parce, leur suffisance idéologique les dispense de travail- et tout compte fait d'idée même ! - parce que prècisement elle est suffisante ( prendre le mot dans son sens premier : elle suffit , un point c'est tout ! ) pour tout justifier, expliquer, concevoir , etc… Bien sûr ceci, eux-même n'en ont pas conscience ( certains sont border-line et Farret sûrement born-again ) , ça ne peut leur revenir ( plus sûrement dans la figure qu'aux oreilles qu'ils ont bouchées ! ) qu'à la longue (travail de sape ne se refusant pas à la violence : " Défendre avec violence des opinions modérés " Jean Prévost écrivain résistant mort dans les combats du Vercors, j'ai vu ça l'autre jour sur le blog parole-libre…auquel d'ailleurs je fais d'autres emprunts reconnaissables ! - ) et par "leur" extérieur qu'il faut ébranler !
C'est là qu'est la bataille à livrer et le reste n'est que prétexte pour le faire…et si l'on s'aperçoit qu'un prétexte n'ouvre pas sur ça …on passe à un autre !
On aimerait bien sûr que ce soit un duel que l'on puisse livrer avec l'élégance du Duc de Nevers, mais c'est un corps à corps à mener avec les tatonnements rugueux d'un écailleur amateur…c'est tout du moins ce que j'observe ailleurs et à certains signes il me semble que quelquefois ça touche la valve : Farret à la réunion sur l'urbanisme mardi soir est apparu bien seul et fébrile à la fin de la réunion quand les gens se sont se sont rassemblés en 2 ou 3 petits groupes avant de se disperser … on peut même se demander si ils les croient désormais capables de faire avancer un dossier ?…
Vois-tu la Politique est raisonneuse, pas raisonnable , une guerille qui se joue avec de l'artillerie lourde et à "larme séche " .

Merci de m'avoir accordé ton attention, courage avec l'espoir que contrairement à la où vos penchants vous poussent vous commenciez à prendre les mauvaises habitudes de la fronde !

A l'occasion d'un de tes passages à Saulzet n'hesite pas à t'arrêter tu y seras toujours le bienvenu , bien amicalement . FB .

25 mars 2009

Flagrant délit : ce n'est pas le calvaire qui sera déplacé !

Avertissement : où il est vérifié que les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent comme disait ce vieux Charles Pasqua dont François Farret semble beaucoup s'inspirer !
___________________________________________________________________
Dans cette Mairie où désormais la politique se pratique comme une religion, à l'heure où les coqs chantaient, le nouveau Messie romagnatois entouré de deux de ses larrons dont l'un ne valait pas de quoi racheter l'autre, accueillait le sculpteur Jean Chauchard, pieds nus comme à son habitude et seul vraiment humble dans cette affaire. Celui ci ne devait d'être là que parce que Michel Cournol, l'avait contacté suite à quoi Jean avait contacté à son tour la Mairie. Michel avait en effet pris l'initiative de l'alerter sur le fait que le calvaire démangeait la nouvelle Municipalité qui s'apprêtait à le déménager comme on le ferait d'un abri-bus sans même prévenir l'artiste, sans l'accord duquel pourtant la chose est impossible- s' il ne trouve pas un accord sur un lieu - à moins de la condamner par la suite à finir sa vie dans des caisses…ainsi sont-elle nombreuses les sculptures, à filer des jours moroses dans un hangar, alors que l'édile qui les a fait déposer mange depuis longtemps les pissenlits par la racine .
Ainsi ayant raté la première session, hier, devant Chauchard *, les élus passaient-ils un examen de rattrapage . Il lui proposérent que tout, sauf les ossemments soit déplacé, Chauchard leur dit que la piéta c'etait pas son affaire . Ne devrait se retrouver donc sur l'ancienne décharge de Puy Blanc- qui jouit c'est vrai, d'un beau point de vue toutefois assez commun à Romagnat pour qui connait le territoire - que la sculpture du Christ de Chauchard…et la piéta et les os iront se faire prendre ailleurs ! Redescendant de la Garde - qui comme son nom l'indique domine cet endroit - on fera ainsi plus tard des photos de la croix dominant la Mairie, une carte postale sera sans doute, éditée portant que c'est Benay qu'était Maçon qu'avait choisi l'emplacement ! Ce ne sera plus un calvaire mais un jardin public, orné de la sculpture d' un trés grand sculpteur, qui pour les honorer aurait bien du rester vers les logements sociaux leur offrant ainsi un fleuron et davantage de considération .

Bernard
Brajon qui l'avait commandée à Chauchard pour apaiser une tension avec les chrétiens - tout ça c'est Jean Chauchard qui le sait et qui me la raconté - Farret l'aura déplacée pour installer une nouvelle incompréhension entre les gens, c'est souvent comme ça avec les champions auto-proclamés de l'écoute !

Le calvaire, qui est une unité - aura bel et bien été aliéné et ceux qui auront cru à la parole du trio auront été berné : association de Malfaisants !

L'HISTOIRE BIEN SÛR N'EST PAS FINIE !

Chauchard a passé la soirée à la maison, on a moins bu que des fois car cette histoire est une chanson triste dont les tenants et aboutissants n'apparaissent clairement à personne…si ce n'est que des deux larrons aucun des deux n'était le bon !…et le Messie ? Mais non !

* Chauchard va découvrir à ce moment, que contrairement à ce qui se fait d'habitude - la fontaine de Jaude par exemple, qu'à la commande de la ville de Clermont il a transférée dans le square…- que l'entreprise pour effectuer la dépose et le remontage avait déjà été retenue sans qu'il soit même consulté ! Par bonheur il s'avére que c' est celle de l' Ami Louis Geneste, grand spécialiste des monuments historiques ! Curieux ce choix de la part de gens qui ne reconnaissait pas la dimension patrimoniale du calvaire !…C'est donc une reconnaissance de fait…mais aprés bien sûr ça se contredit comme toujours ( leur paresse concernant leur langage et sa "charge de dire", me sidére de leur part : ou comment parler pour dissimuler !) . Ainsi ne comprennent-ils pas qu'à titre patrimonial "ce calvaire" est un tout : la croix, la piéta, le tertre -ossuaire, le mur d'enceinte , les Ifs plus que centenaires ( comme je crains pour eux y compris pour celui qui contre le mur ne dérange personne ), l'histoire " objective " et aussi le légendaire partagé , y compris par ces enfants de l'école publique qui le rapportait dans le bulletin municipal du……( voir plus bas dans ce blog )…on ne pourrait donc pas le déplacer ? Pourquoi pas mais pas comme ça s'est passé jusque là et surtout pour ce résultat : on ne pourra pas dire, et ethiquement on devra se l'interdire : l'ancien calvaire ! Plutôt… erzatz d'une lubie !

23 mars 2009

Les Bronzés font de l' Urbanisme !

En stage d' " Intens'ive Convivialité pour la réalisation personnelle dans la Cîté Idéale " les Bronzés du cru, ont rencontré Jean-Claude Dusse avec un D, qu'ils ont tout de suite adopté, ils ont tout de suite aimé cette manière qui est la sienne de s'arranger avec la réalité : Bienvenue au club ! Aussi, une fois rentrés, n'ont-ils pas résisté à lui proposer d'être" Rédacteur d'un jour " du dossier sur l' Urbanisme dans le Bulletin Municipal .
Notre, Jean-Claude , enfin héros malgré lui, s'y jette tête baissée . Glissant sur le premier poncif venu - ce qui n'étonnera en fait personne - il se prend d'entrée les pieds dans le tapis en proclamant haut et fort : " L'urbanisme c'est l'art d'habiter ensemble " et vlan !
Mais habiter ensemble ne serait ce pas plus simplement d'être "de famille " ou d'être voisin ? Non si Art il y a c'est éventuellement celui du "vivre ensemble " , vivre et habiter c'est pas pareil dirait Gilles Vignault avec la part d'incertitude qui va toujours avec l'aventure artistique. Certes si l'incertitude va souvent aussi avec l'urbanisme ( Oh! la, la …) , celui-ci ne touche pas le motif mais seulement le cadre dans lequel peut-être, peut-être on va habiter et peut-être, peut-être " vivre ensemble " : mais que ces choses sont loin les unes des autres ! …
Affirmer comme ça que l'urbanisme est l'art d'habiter ensemble, c'est un peu comme si sans urbanisme ça ne serait pas possible, c'est dire autrement que seraient mensongers tous les formidables récits du " vivre ensemble ", là où précisément il n'y avait aucun souci d'urbanisme : les camps de la mort , les camps de réfugiés , les milieux touchés par la difficulté, la pauvreté, l'austérité ! Non Jean - Claude avec un D, tu déconnes : l'urbanisme c'est l'urbanisme et le reste , le plus , le beau, le grand ce sont les Personnes ! ( voir mon billet du …………… ). Dusse tu vas pas commencer par de la démagogie non ?
Et Jean-Claude Dusse - avec un D - de continuer à caracoler comme un député : " nous vous présentons les premiers éléments concrets… de notre politique…" , et l'on entend souffler le vent de la Grande polit… ça grise ! - voilà les quatre premiers projets ! On découvre très vite que pas un n'est vraiment d'eux : celui de l'allée André Guinard est de leurs prédecesseurs - leur seule touch' ayant été d'amener la zizanie - les trois autres sont d'initiatives privées : deux promoteurs et un bailleur social ce dernier étant propriétaire du terrain,dont le projet… est à ses prémices: une ligne et demie et c'est plié !
On sent qu'il faudrait pas trop pousser Jean- Claude pour dire que c'est la municipalité qui a imposée qu'il y ait pour partie de l'habitat social et que les réalisations soient réalisées selon les normes HQE, mais là Jean-Claude, y regarde à droite et à gauche, il se doute bien que beaucoup savent que c'est simplement la loi qui en fait obligation , que même que ça doit être un peu des pompes à finances supplémentaires pour le promoteur - le social-bailleur c'est pareil - et que si y veut vendre ses appartements- mieux qu'on vend un cercueil à deux places- il a quand même intérêt à ce qu'ils soient aux normes . Jean-Claude t'a pas honte ?
" Comment qu'on fait- aurait dit Coluche- y voudraient qu'on soit intelligents et y nous prennent pour des cons ! "

Aprés, l'acquisition de l'école privée , l'approche en avait été faite par l'équipe d'avant et le principe en était acquis…et encore l' usine à gaz pour préempter et gérer dans le bourg… y en a avec ça qui se sont retrouvés en prison à se revendre des trucs entre eux…normal, le gaz ça explose !


Petite friandise pour la route : ça rigole pas avec l'environnement , on récupérera les eaux pluviales du nouveau projet près de La Prugne !…C'est con que sur l'actuelle modification de la voirie de la rue Jeanne d' Arc juste a deux pas on ne sépare pas la récupération des eaux usées d'avec les eaux de pluie…pluie, pluvial : c'est pareil non ?
Allez fais gaffe et surtout, touche pas à mon environnement !!

Chauchard Figure de Proue !

Quand on pense que le Calvaire aurait pu être aliéné ici et au frais de la princesse un autre reconstitué ailleurs on se dit qu' ainsi on se serait privé d'un sacré hommage et d'un signe ambitieux en direction du logement social, qui est le point sur lequel tous nous étions d'accord . Imaginez plutôt en pignon de l'immeuble, tel que représenté dans le dernier bulletin municipal, Chauchard, l' œuvre de Chauchard en figure de proue , ça serait le cas de dire : " un sacré bâtiment ! "…et plus tard tout le monde se souviendrait en disant :
" La traversée fût bien mouvementée, mais à l'arrivée ils étaient tous réunis pour la mise à flôt "
!

" C'est un fameux trois mâts et Chauchard est un fameux sculpteur ! "

22 mars 2009

Le jour se léve…la vérité aussi : L' enquête !

Ils sont de plus en plus nombreux à avoir compris depuis longtemps et à comprendre à chaque occasion que les cadres de la démocratie participative ne sont ni des espaces d'information ni des espaces de pensée critique et contradictoire comme pourrait le laisser penser l'usage abusif du vocable Conseil et tout ce à quoi il renvoit, d'échange, de confrontation de point de vue, d'alternative, de mixité des représentations, d'impartialité et de décision, le tout étant bien sûr servi par des procédures connues et acceptées de tous - à l'avance il va de soi - et appliquées avec rigueur . Bref vous aurez compris qu'à Romagnat le compte n'y est pas , et cette démocratie là est un leurre .

Aussi ce matin, en découvrant dans "La Montagne " l'article concernant le calvaire-ossuaire de Romagnat on ressent comme une bouffée d'air, en devinant que se desserre le lien de l'étouffoir, et ainsi est on amené à se questionner sur les difficultés que les citoyens rencontrent pour faire entendre leur voix, alors qu'après l'article paru dans le Semeur, puis tout ce qui a peut-être lu dans les blogs on devine qu'il y a une autre parole beaucoup plus argumentée qui est étouffée, et que les conditions sine qua non de la démocratie ne sont pas là !
La pêtite histoire de cette article
est à ce point là, très illustrative * !

Cet article donc ? Il s'agit mot à mot d'un communiqué de presse rédigé par les représentants du mouvement de protestation* *contre le nouveau projet de l' Allée André Guinard et de son impact sur le patrimoine local à contrario du précédent ***sur les bases duquel s'étaient faites les élections . Il faut savoir que n'importe qui a condition de représenter un sujet ou un objet partagé avec un nombre significatif de gens - ce qui est au seul journaliste de juger !- peut faire passer à un média y compris le quotidien régional dont il est question ici, un communiqué de presse contenant des informations, plus ou moins rédigé que la rédaction du journal (dite en l'ocurrence : locale) se chargera de mettre en forme - aucune obligation -Dieu merci, et la Liberté aussi ! - à la presse de publier les communiqués ce choix restant au journaliste en sa conscience, son investigation et sa déontologie**** .
Cet article donc ! A la fin de sa lecture on s'étonne qu'il ne paraisse que ce matin, alors qu'à la fin apparait une information qui n'a plus d'intérêt puisqu'elle évoque l'incitation des signataires a participer au conseil municipal du 4 mars 2008 alors qu'on est le 22 , que vient-elle alors foutre là ?
La réponse pourrait être simple c'est que le communiqué de presse fourni quelques jours avant le 4 pour effectivement servir d' incitation, a du être retenu quelques part ? On devine que la parution de l'article dans Le Semeur Hebdo de cette semaine a du alerter la rédaction de La Montagne sur la réalité et l'importance de ce problème qu'au passage quelqu'un aurait eu avantage à minorer voire à ralentir ? Suivons donc le parcours de ce communiqué à la trace - la traçabilité est une chose importante et pas seulement pour des raisons alimentaires, ce blog y est très attaché .
Contre mon avis car la procédure n'a rien d'obligé et concernant Romagnat *****je la trouve particulièrement inefficace - je ne regrette pas aujourd'hui qu'il n'en fut pas tenu compte la chose constituant un test "grandeur nature" - le cheminement choisi fut celui qui passe par le correspondant locale assorti , de précaution d'usage " le sujet étant sensible" et que semble-t-il, ils existent des liens entre un conseiller municipal et le correspondant local- qui n'est que rarement journaliste - qui se trouve être sa fille et que des bruits couraient que la distance n'était pas toujours tenue. Ah! la,la…Comment empêcher de courir les bruits- - et ces exemples venus d'en haut : Christine Ockrent Bernard Kouchner, Anne Sinclair -DSK ,etc… d'aucuns encore plus perfides qui vont jusqu'à affubler notre correspondante du sobriquet facile de : " Papa m'a dit ! " et de donner ainsi du corps à la suspicion… et faut le reconnaître: la confiance a du plomb dans l'aile !… Pour ma part je ne fais pas grand cas de ce genre de considérations et même si j'ai pu à plusieurs occasions un manque de compétences et de "poids" au journal ce n'était pas la raison qui me faisait préférer la relation directe aujournal . En fait, même si mes activités servi par une petite notoriété m'ont exercées aux relations presse et plus généralement à la communication, je campe sur cette position , d'une part parce que je crois que dans ce domaine il est bien de n' avoir pas tropd'intermédiaires pour éviter les déperditions, et parce qu'en la circonstance le fond du probléme dépasse le cadre local , et parce que je crois qu'il faut être responsable - se représenter soit-même , exister tout simplement de A à Z , résister à l'assistance et la dépendance : C.Q.F.D ! - et pour ça constamment se garder de prêter le flanc au contrôle et à la récupération qui est - toujours sous couvert de bons sentiments biensûr- ce penchant si naturel des institutions en même temps qu'il est une incitation à la paresse et à l'ignorance des processus de l'information : pratique non !
Soyons sérieux, ne prêtons pas trop d'innocence dans la façon très ambigue dont - sous l'intitulé : Mairie de Romagnat - sont
réalisés les calicots d'information- Mais,qui fait quoi ? Mais décidément ils font tout, ils sont partout la Mairie ! C'est quoi la Mairie, c'est qui ?… ou dans cette incitation du service communication à l'intention des associations pour que lui soit confié ses relations avec la presse ! …et en plus demandez-nous de l'argent !

aaaaah! cette maudite recherche bananière de proximité !




Bref cette article est paru rejouïssons-nous !


…si en plus ce billet donne quelques éléments pour comprendre comment ça fonctione …ou ça fonctionne pas …Tant mieux !!!!!


*On entend déjà les cris d'Orfraie des édiles criant que : " contre la voix des urnes " La Montagne" comme toujours a choisi son camp, et toujours le même, etc…" et on devine déjà comment dans la Pravda locale- comprendre le bulletin municipal devenu - le commissaire du peuple tiendra tribune dès la prochaine occasion, en oubliant que les abonnés de cette gazette là, c'est l'ensemble des habitants de la commune !

* * Depuis a été constitué une association : ROMAGNAT-PATRIMOINE Hier, aujourd'hui, demain .

**, résultant de l'abandon par la nouvel municipalité de la part du projet précédent qui touchait au boulodrôme jugé peut-être par eux patrimonial…mystére! puisque les raisons de cet abandon n'ont jamais été évoquées…PA'QUE ET FAUDRAIT FAIRE AVEC !

****
On comprend qu'autrement, les risques de collusion seraient certains et "la totalisation " des pouvoirs un risque pour la démocratie, la déontologie de la Presse et des journalistes étant le garant de l'expression de la diversité de la réalité, et la tendance, ou tout du moins la tentative du contrôle par le pouvoir, et la collusion des pouvoirs étant une réalité bien visible "dans la France d'aujourd'hui "

Romagnat à Cœur et à Cris !

21 mars 2009

Extension du domaine de la défiance …

En paraphrasant " L'extension du Domaine de la Lutte" de Michel Houelbecq .

………et ce ne sont même pas des calotins dans ce coin , merde il va falloir inventer autre chose …j'ai peur que le coup du logement social ça marche très moyen…à suivre !!!!

Une é -Farretante mauvaise foi !

Il y a dans tout " Rêve totalitaire " que porte le moindre tyran en herbe , l'idée qu'avant son arrivée était le chaos - voir l'éditorial de François Farret dans le dernier bulletin municipal* - voir mieux, rien : le néant ! . Manipulateur de talent- ou tout du moins qui s'entraine réguliérement - qui commence à avoir un petit actif dans le domaine - Farret a fait accroire (1) au journaliste du " Semeur Hebdo " en Kiosque (2) cette semaine que le problème soulevé par le calvaire-ossuaire opposerait les Pro et les anti logements sociaux - évidemment la ténébre et les Lumiéres -ce qui est bien sûr une contrevérité ayant pour objet de désigner à la vindicte un bouc émissaire ! On connait cette petite chanson ! La vérité c'est que l' objet du différent a d'abord à voir avec l'exercice démocratique, à savoir : AVANT Farret existait déjà à l'échelle de ce quartier, un projet de logements sociaux - pour un total supérieur d'offre à celui proposé ici, et où l' existence du calvaire n' était même pas évoquée, et à fortiori comme une gêne - sur lequel tout le monde a été d'accord - seule une petite grogne existait concernant le site du boulodrome - et dont on ne trouvait pas de remise en cause dans le programme électoral de Farret . (3) . C'est dans ces conditions que les Romagnatois ont voté…ils ne savaient pas encore qu'ils allaient rentrer dans une phase dogmatique et sectaire, ou la manipulation par le biais de la démocratie dite participative sera un outil d' instrumentalisation de la population et de l'opinion autant qu'un mode d'affabulation personnelle !

Si on reviendra là dessus ? Bien sûr ! Ce week-end ? Pas impossible !

(1) Accroire :( faire, laisser) Faire, laisser accroire, laisser croire une chose fausse; en faire accroire : tromper .Petit Robert .
(2) Rapprochement : Pas inutile peut-être de rapprocher le plan que vous voyez reproduit dans le semeur et la représentation donnée dans le bulletin municipal ( voir aussi 2 billets en dessous ) Est ce vraiment la même chose ? Pas sûr, partant de là, difficile d'avoir confiance , qu'en sera -t-il réellement ?
(3) Il n'est pas inutile de savoir parallélement à ça que la municipalité dans le cadre du PLU s'était donnée la maîtrise fonciére de 25 ha pour entre autre réaliser des programmes sociaux, ce qui n'effrayait personne : ici on vote socialiste depuis la fin de la dernière guerre, puisque Arsène Boulay à su faire l'accord et seul ici - comme ailleurs souvent- ce sont les socialistes entre eux qui ont mis un terme à cette forme humaniste de gestion de la cîté, c'est à dire étymologiquement de faire: La Politique (de tous ) .

A Romagnat, Arséne Boulay , le calvaire et d'autres choses font également partie du Patrimoineles fours à chaux aussi, plus qu'on le croit mais pour des raisons que l'on comprend, je ne le mettrai pas - tout du moins dans ce cadre là- sur le même plan !

Pour finir et pour l'heure, avec Arséne levons notre verre à la Démocratie !

En observant Arséne nous avons je crois hérité d'une culture de la bonhomie, du parler vrai, du vivre ensemble…jamais par contre il ne nous a montré qu' il existeraient des circonstances ou l'on devrait se laisser marcher sur les pieds et la raison !




Pour finir je rajoute cette caricature d'Arséne Boulay par Lasserre pour laquelle j'avais aimé écrire " le portrait " . Merci Arséne !

Vraiment le " Copain " Obama exagére !

Nico le retardataire de l'HyperLibéralisme qui est allé en courant faire allégeance à Bush avec la fougue des Néo- convertis et qui nous aurait sans doute engagé dans la Guerre en Irak ( souvenons-nous à l'époque de sa position ), a vraiment la mémoire courte !… Ce n'est pas le cas Barak Obama, homme de paix, qui tient à saluer en Jacques Chirac le grand homme d'êtat qui a servi la paix avec son premier ministre Dominique de Villepin …dans ces circonstances ces deux là étaient peut-être les seuls en France, a pouvoir tenir ce cap !

Hommage à eux et à Barak Obama .

L' Américanophilie de Nicolas Sarkozy , n'est qu'une méprise . Sans parler qu'il n'aime pas les livres dans lesquels pourtant on apprned des choses, le petit Nicolas "ne peut pas entendre" que les Etats-Unis sont nées d'une Révolution - improprement appelée "guerre d'indépendance" alors que des deux camps, pas plus les uns que les autres étaient" chez eux" dans ces contrées ! - contre les priviléges et l'esprit des priviléges dont jouissaient les grandes familles anglaises et Hollandaises de la côte Est et notamment les pratiques dynastiques qui y sont attachées !…Du Ménage du même ordre restant à faire c'est pour ça que la guerre de sécession est appelée aussi seconde révolution américaine . C'est pourquoi - dans l'esprit des pères fondateurs - Washington, Franklin, etc .… - après que WB Bush eut institué une sorte de bouclier fiscal à esprit dynastique, le pére de Bill Gates et d'autres représentants de grandes fortunes , animérent une fronde contre cette décision de l'administration néo-conservatrice qui favorisait l'héritage ! Nicolas Sarkozy est dans l'incapacité de comprendre ça ! …en France il n'est pas le seul . Je voudrais dire plus tard ( Ah! ce temps qui manque ! ) et partant de là combien "Nico la rupture", n'est pas sauveur mais fauteur de Crise !

20 mars 2009

Les maîtres penseurs ont dit…

Residence du Calvaire : c'est son nom !

Résidence du calvaire c'est son nom comme résidence des jardins à cause des Jardinsalors pourquoi ?

Le maître dessinateur de l'agence m' a dit bien sur qu'il y a la place du calvaire, d'ailleurs , "il n'y a qu'a regarder mon dessin dans le bulletin, l'emplacement avec son muret en pierres séches autour ! " , a-t-il ajouté " mais ils n'ont pas voulu que je le dessine le calvaire"Pourquoi y a bien la place ? Ils ne savaient pas trop pourquoi…une idée , comme ça… parce que d'abord !
En raccrochant il m'a dit : " c'est bon je vous le rajouterai, à l'échelle, mais promis ça restera entre nous ? Promis j'ai dit !………

Croix de bois , croix de fer , si j'ments j'vais en enfer !… Ah! ce calvaire-ossuaire !

Non, non c'est pas "Pierre et vacances " !

Les maîtres- parleurs qui devaient contrôler tout de l'Urbanisme communal se sont fait " baiser" à la première occasion…et c'est d'abord à ceux qui leur avaient fait confiance que ça fait mal ! C'est une manière un peu abrupt de parler mais c'est comme ça…déjà le nom : " Clos Romain " bien, bien marketing et bien con aussi, mais c'est tout l'ensemble qui a des allures d'opération de promotion immobilière privée, tirer un max de chaque m2 et se refermer sur soi ! On parle beaucoup, mais vraiment beaucoup d'environnement, mais on se garde bien de présenter une maquette en 3D avec justement ce qu'il y a autour , en attendant R3- ce sont en fait de faux R3 et de vrais R4 sur un replat, à mi pente - c'est comme les immeubles de Bezance avec trois fois moins de recul … C'est un raccourci bien sûr que je me chargerai de le rallonger par la suite !

19 mars 2009

Des nouvelles du Château ?

La rumeur circulait depuis la fin de la matinée , que l'équipe municipale afin de mettre en accord ses actes et ses valeurs - pour lesquelles elle a été élue dirait Saint-Just dans le bulletin - et considérant le gisement d'emploi que ça représente aurait pris la décision de créer un restaurant municipal pour fabriquer et servir les repas de la cantine scolaire, de L' Ephad, des personnels municipaux, et des personnes agées de la commune ainsi que les repas à domicile, pour tout dire un paquet * ! On attendait que l'annonce en soit faite dans l'après-midi, mais rien n'a filtré jusqu'à maintenant ! Peut-être demain au cours de la manifestation de soutien au personnel du CMI ? Seront-ils questionnés sur la préférence qui pourrait-être accordée à ces derniers ? Bien des questions en suspens !

*le lycée professionnel et le CMI seraient contactés , l'école d'Opme peut-être aussi ?

Participatif Passé pour les conseils ?

Les débats participatifs auraient-ils du plomb dans l'air ? Le cœur et les grands sentiments s'éssoufleraient-ils ? Aussi de peur de passer au participe passif, on n'écrit plus que : réunions publiques, faut dire que du public ça commençait sérieusement à en manquer, hormis les groupies pour faire la claque et les incorrigibles optimistes qui croient toujours au miracle soit qu'ils pensent que des décisions prisent bien en amont pourraient être remise en question, soit plus modestement qui pensent qu'enfin il sera apporté une réponse à leur question, soit aussi ceux qui comme à la bécasse, se tiennent au poste, pour ne pas manquer le prochain départ . Pour rester dans la référence avicole tous ceux qui une fois ou l'autre sont venus et à qui la démocratie participative a tendue son miroir aux alouettes ne sont plus revenus, se jurant que ce n'était pas sérieux de les prendre pour des canards ( et je mâche mes mots ! ) sauvages, venus là pour servir de caution !
Pour que le subterfuge ne devienne pas un "piège à cons" se refermant sur eux, les trappeurs mondains qui l'ont dressé se repositionneraient-ils derrière des affûts plus classiques vers lesquels les rabateurs habituels pousseraient un nouveau gibier ? Auraient-ils décidés de ne plus braconner sur les terres de la démocratie ?
Surtout, nous voulons espérer que la PAROLE DEMOCRATE ait été entendue par une gauche sous influence de son extréme et sous protection de son aile métaphysienne !

Avant d'éventuellement "participer" à nouveau, il serait peut-être sage d'attendre que ce jeu ait des règles, par exemple et entre autre que l'ordre du jour soit connu à l'avance .…à moins que la notion de réunion publique soit le nouveau moyen d'y échapper ?

PS : Autant pour moi , je viens de voir la mention conseil participatif sur les panneaux lumineux ! C'est quoi alors la différence entre le conseil et la réunion ? C'est pareil ! Alors pourquoi on l'appelle autrement ? Ce qui se conçoit bien ne s'exprime-il plus clairement ? Z'on décidement des problèmes de définition et d'énoncé, c'est pas nouveau ! Pourtant on le sait ce qui n'est pas nommé ou mal nommé n'existe pas ! Alors des illusionnistes ? Et dans la foulée, me revient aussi cette parole de Camus : "Mal nommer les choses, c'est participer au malheur de la planéte ! " .
Vraiment ces panneaux lumineux disent n'importe quoi, l'avantage c'est que c'est une info éphémére : pas vu, pas pris !

Un p'tit tour dans les rues, tant que le loup y est pas…

Changement de saisons, le printemps s'avance , les Péres Noèl en rouge qui avaient envahis les façades vont semble -t-il être remplacé par des petits Lutins tout blanc, j'en ai vus hier se mettre en place avec des échelles pourvu que ce ne soit pas de toute éternit…on finirait sans doute par se lasser , c'est bien arrivé pour les autres !
L'éternité ou presque c'est le temps que, pour les riverains de la rue Jeanne d'Arc semblent durer les travaux, de plus arrétés quelques jours . Si au moins ça pouvait être Durable- pas parce que ça dure mais que tout aurait été fait pour que ça le soit , le développement durable quoi ! - mais il faudra pourtant un jour réouvrir, on a oublié de mettre un réseau séparatif pour séparer les eaux pluviales et usées , comme je le signalais dans un billet du … il y aplus d'un an àpropos dz la rue Mal Joffre : comme quoi on change tout pour que tout demeure pareil …et quand tu penses qu'il y en a qui prétendent que le problème de l'eau est déjà le problème majeur de demain !…Duraille le durable, heureusement qu'il a tout le temps devant lui !…et les hirondelles qu'auront plus de fil pour poser leurs petites pattes : comment saurons nous désormais l'arrivée du Printemps…ah! oui j'oubliais les petits lutins blancs , tout se tient, bon sang mais c'est bien sûr !

Fonctions internes, Fonction vitales

la nouvelle est tombée ce matin dans la presse, sous les yeux du grand public puydômois comme on dit, et comme nous le précise la mention PdD portée en bas de page, ce qui montre l' interêt de la presse pour cet événement et lui donne son importance .
Plus localement il nous donne la mesure des occasions manquées de création d'emplois par la municipalité de Romagnat quand elle aussi, il y a longtemps, a fait le choix d'externaliser la restauration des services communaux ou para- municipaux : écoles , Ephad, personnel, etc …
C'est, quelques uns le savent, un de mes dada favoris ( sans doute dire valeur ferait plus sérieux ! ) renoncer à traiter en interne la restauration, c'est l'abandon délibéré de l'esprit maison, c'est le renoncement à cette contrainte majeure qui crée le " vivre ensemble ", que l'on doit considérer comme un véritable œuvre d' Art, et qui avec l'accomplissement personnel est la seule raison d'être d'une existence ou plus exactement qui permet de faire d'une vie : une existence ! C'est sur un autre plan-mais qui est aussi en rapport à l' Art- ce que disait l'autre soir Hervé Le Tellier, dans" la salle du château", de la Poésie et des contraintes de l' Oulipo ( article dans la même édition de La Montagne ) . Je suis sûr que tous ceux qui ont alors, semble-t-il, beaucoup apprécié seront à même de comprendre ce que j'écris là . Alors, on aura compris que pour moi, qu' il s'agisse à ce propos du CMI ou de la municipalité mon parti ne change pas, mais je me garde de confondre les deux instances chacun à mon avis gagnant à balayer devant sa porte en comprenant bien je pense que ces considérations de bonne gestion moderne ont dernièrement basculées dans un univers aussi archaïque qu'il se croyait aux avant- poste . Se recentrer sur son cœur de métier dit la pensée utilitariste est une foutaise, le Cœur de métier de l' Homme c'est de vivre tout simplement comme disait Giono . Mais qu'est donc cette guerre inventée pour laquelle pour résister il nous faudrait nous réorganiser alors qu'il y en a une bien visible ( "qui a désormais un visage " comme disait Chéréque ces jours ci ! ) qui chaque jour fait des victimes à notre porte . Certes il faut prendre des dispositions , se réorganiser parce que le monde change mais il n'est pas de bonne stratégie que celle qui repose sur la bonne échelle de pertinence et, en parallèle à la mondialisation il nous faut reconstruire en proximité dans des niches : là une municipalité, ici un CMI en essayant bien sûr de ne pas les confondre sinon on cesse de pouvoir identifier les niches et d'établir de vrais rapports de tiers (reprendre ici Sépulvéda et les Shouars )………
De ce problème, réintégrer la restauration dans le giron municipal, je m'en étais ouvert aux candidats aux municipales . Je ne me souviens pas je l'avoue de ce que m'en avait dit Jacques Schneider, mais je me souviens très bien que François Farret - dont c'est un peu l'habitude quand on parle de vive voix - m'avait répondu : " Faut voir ! " . Parlant il y a peu avec une "de ses " conseillères municipales de ce problème, elle, qui travaille dans une maison de retraite où la nourriture est préparée sur place et à fortiori qui vient d'une tradition ou la mise en œuvre de l'alimentation est très familiale, m' a dit combien elle partageait mon point de vue . Alors j'espère qu'elle saura convaincre le maire qu'il ne suffit pas de voir , mais que maintenant : c'est tout vu ! En attente donc de voir de la part d'une équipe qui comme elle en parle beaucoup est à l'écoute de la population…qu'ils n'omettent donc pas, à cet effet , d'aller écouter les anciens de l' EPAHD.
Je n'insisterai pas par dessus tout ça, sur ce en quoi ce type de restauration industrielle est une incitation à la mal-bouffe (Ah ! oui , les diététiciens !…) suffit d'aller voir le film " nos enfants nous le reprocheront " : édifiant !



Comme d'un scoop on parle du Loup dans La Montagne, moi je trouve plutôt ça normal ! Le scoop c'est plutôt quand il est dans le lit de la mère- grand . Je rigole un peu , parce que ça m'est toujours nécessaire pour aborder les choses graves . Oui, car en effet ce qu'il y a de troublant -je sais qu'une de mes lectrices clandestine, très attentive a ce genre de "rapprochements fortuits" ( ?) risque d'en être également troublée ! - c'est la coïncidence qu'il y a que dans la même édition, paraissent l'article sur le loup et celui sur le CMI . Car, il faut que vous sachiez que Cap'tain Farret à la fin du dernier conseil municipal a accueilli le Directeur du CMI par un : " Quand on parle du loup il sort du bois ! " . Comment ça s'est passé ?
Voilà : Le Maire donnait lecture de la pétition adressée par les élus majoritaires - dit : les conseillers municipaux, exit les autres ! - au sus-dit directeur Yvan Raucroy , quand celui ci arriva comme peut le faire n'importe quel citoyen de la commune -ce qu'il est avant tout - même s'il avait confondu les horaires du conseil municipal avec ceux de l'entrainement de volley montrant ainsi quelles étaient plutôt ses habitudes, comme le confirma le fait qu' il ne connaissait pas non plus l'entrée de la salle du conseil et fit ainsi prémonitoirement la sienne, par le bureau du Maire , qu'on devrait qualifier de château arrière si l'on restait dans la métaphore maritime . François Farret, ne l'ayant pas invité ni prévenu, alors qu'il allait être mis en cause, sans parler que les deux hommes ne se connaissaient pas, tout juste s'étaient ils croisés pour le téléthon - les habitudes se prenant vite, les châtelains préfèrent de loin que leurs sujets viennent à eux plutôt que l'inverse - le Maire lâche - je le répète parce que ça vaut 10 - sans doute un peu décontenancé, ce qui aurait du réjouir le psychanaliste qui n'était pas là : " Tiens quand on parle du loup il sort du bois …pour mémoire son propre bureau ! " .
On ne dira jamais assez le poids de l'inconscient ! …Avouez le vous auriez été en droit de m'en vouloir de ne pas vous la raconter cette histoire !
_____________________________________________

Même si je ne reconnais ni l'un ni l'autre , je ne résiste pas à vous montrer cette dernière photo !…Irais- je jusqu'à vous dire que je l'ai reçue matin ? Oui, parole !

17 mars 2009

Pataquès lustral .

Probléme de Calvaire ou Probléme de démocratie ?

Noel aux tisons, Pâques aux lampions !

Aussi rares que précieuses les nouvelles concernant Romagnat paraissent dans la presse, ainsi aucune ne peut nous laisser indifférent ! Ainsi apprend-t-on que la très singulière identité de la commune a faillit s'enrichir d'un nouveau dicton : " Noél aux tisons, Pâques aux lampions !"…c' était temps ! Parce que, gageons que si pour tout le monde les lampions se sont déjà éteints dans la nuit de la mémoire, tout le monde gardera longtemps le souvenir du froid qu'il fit et de la neige qui sera à jamais la plus belle des décorations de Noel qu'on puisse imaginer…et alors qu'elle mériterait bien quelques récompenses, elle engendre bien des récriminations, alors qu'il ne viendrait - quoi que- à l'idée de personne de décerner un prix citron des illuminations, fleurissements et autres architectures customisées ? D'ici que suite à ça, certains envisagent de constituer un comité défaite pour le décerner !…Bref si ce n'est déjà fait vous pourrez tout savoir en consultant l'article joint . Certains s'étonneront au cœur du sujet de trouver le Maire gratifié d'une orthographe nouvelle, et il n'est pas impossible que certains, qui se pique d'alpinisme mais qui en entendent que quick, voient là présager un parcours difficile pour le nouveau Maire ! A ceux là je dirais que le terme exacte pour désigner une voie difficile qu'on équipe pour plus de sécurité est " voie ferrata " et non farreta, et aux autres je donnerai mon avis : Le maire n'y est pour rien, il ne s'agit là que d'une coquille ( même si le pélèrinage risque d'être chaotique… ), ce qui n'empêche pas que quand on connaît l'origine maison des articles on reconnaitraît volontiers au Maire de trouver qu'on n'est jamais mieux trahi que par les siens ! Et de me revenir la célèbre maxime : " Je me garde de mes ennemis, gardez moi de mes amis ! "…promis on s'y emploiera, à moins qu'on nous dise bien sûr que ça pourrait faire désordre et mettre en péril l' union sacrée !

16 mars 2009

Une pensée à l'intention de ceux qui ne doutent jamais …

Au milieu de tout le reste cette pensée de Jacques Perret* qu'un jour prochain j'espère je mettrai en musique…en la rapprochant de cette autre d'Antonin Artaud, rapporté par Thierry Galibert : …et sans doute de cette remarque cent fois répétée de Pier Paolo Pasolini comme quoi la société de consommation est celle de la servitude volontaire et voir comment tout ceci se conjugue …à plus donc !



* Une lectrice de ce blog m'a fait remarquer que ce n'était pas Pierre mais Jacques Perret qui avait dit ça …je la remercie, je rectifie mais j'aurai qqchose à rajouter …

14 mars 2009

Bis répétita : belle journée, vraiment ?

Beau temps, très beau résultat pour notre journée de fouille dans le four au Zouzou… nous n'entendrons pas Alain Baschung le 15 Avril, ni le 15 , ni un autre jour…circulez y a rien à reporter ce coup là !
Décidément y a trop de gens bien, qui meurent autour de moi ces temps- ci , c'est quand qu'on commence la série des cons ?…qu'on ait au moins une journée potable de A à Z comme Zouzou et A comme Alain dans ses chansons !
On partira marcher une semaine pour que Lionel nous parle de lui et on écoutera sa musique dans des endroits où il aurait jamais mis les pieds…il serait vraiment temps qu'il s'y mette !

13 mars 2009

Suffisance idéologique, inconséquence démocratique .

Pas sûr que mon incipit me mène à l'idée que mon titre semble annoncer et que je voudrais évoquer ici . Ce sont les aléas de l'écriture qui est une sorte de direct…anticipé ! Hier le lien était évident aujourd'hui au pied du mur j'ai des difficultés à faire l'aplomb, faisons alors le point et on va voir !

Me dire que People- Sarko dans les circonstances que l'on sait fut la seule manière d'échapper à People-Ségo - promise déjà au guignol - ne m'empêche pas d'avoir des difficultés à le voir, l'écouter, à tenter de l'entendre . Pourtant au cours de son discours justifiant le retour de la France, ce n'est pas tant ce qu'il disait qui me génait que le fait qu'il soit amené à disserter sur des arguments qui étaient pour la plupart des évidences pour qui eut bien voulu poser le temps nécessaire ses oreillettes idéologiques . Faudrait toutefois s'arrêter sur la forme et le style tout à fait inadaptée . On connait la nature brutale du "Président de l' Europe "- il ne pu s'empêcher de l'évoquer implicitement - et tout exercice d'explication de sa part présente toujours la gaucherie du contre-
emploi pédagogue , d'autant plus qu'on peux penser que ses propres cahiers d'écoliers furent assez mal tenus, mais passons ! Son style agité, des sourcils jusqu'à la pointe des pieds que bienheureusement le pupitre nous dissimule la plupart du temps, en passant par les effets de membres et de cou - Medvedef, président de Russie -sans doute favorisé en cela par la taille a saisi tous les détails nécessaires à le moquer, lui manque toutefois le crantée de la chevelure d'une star glamour des années 40… - sensé compenser la vacuité du propos apparait d'autant plus ridicule que l'exercice se fait en plans fixes au point que connaissant sa propension à se considérer - "je ne suis rien quand je me compare , mais je suis tout quand je me considére ?" : certainememt une des voies pour aborder une personnalité ayant oublié le préalable de la comparaison laissant ainsi toute la place à la considération - on peut se demander s'il y a réellement du monde dans la salle - puisqu'on ne la voit jamais ! -où si plutôt il ne s'agirait pas de la diffusion , du making - of de la répétition de son discours - ça existe ! - devant une glace ?……… Alors l'outrance de la gestuelle, déjà enflée par rapport au propos apparait d'autant plus outrancière qu'elle ne s'amortit pas dans l'attention visible d' une partie de l'auditoire, ou se dilue( ramené à de plus juste proportion )dans l'inattention des autres : la vie quoi quand le propos vient se mesurer à ceux à qui il s'adrese . Si l'exercice était ainsi approprié à la sobre attitude de ses prédecesseurs il ne l'est pas à celle de Nico-la-rupture !