31 janvier 2008

J'avoue que j'ai vécu …

Laissez les vivre…


Les nouvelles du court ont accosté ces derniers temps sur nos murs et dans nos boites aux lettres.
Entre vieux loups des mers de l'océan "surréaliste" qui s'est ouvert au-delà du 70e parallèle de nos belles années de conquête nous nous sommes toujours connus et fréquentés.
Aussi sous le beau pavillon que présente cette année Ronald Curchod, bienvenue au port pour cette derniére halte en partance pour cette nouvelle édition, qui n'est que la partie émergée du considérable travail produit tout au long du périple annuel !
Votre traversée de huit jours commence aujourd'hui, 1er février: qu'elle soit comme les autres bonne et belle !
Qu'une fois affrontés et vaincus ces 30e rugissants, votre route ne rencontre pas d'écueils et ne croise pas ces flottes piratesques et transfo'rmistes entre autre***, qui vivent du butin des autres, c'est bien sûr notre souhait le plus cher pour que toujours : "le court nous sauve", porte drapeau qu'il est aussi de nos autres aventures singulières !
___________________________________________

***Le transfo : sous marin de type DRAC II de la Royale régionale chargé de torpiller tout batiment battant pavillon indépendant et n'étant pas sous contrôle institutionnel… sous prétexte de récupérer les épaves et en oubliant comment et par qui fut ouverte "la route (de toutes) des Indes"… et continue à l'être difficilement il est vrai… amenant il y a peu le New-York time (fin connaisseur de la chose et très francophile) à constater, marri, que la culture en France n'était plus créatrice !… ça a fait du bruit dans le Landerneau ! No ? Yes !… perfect my dear, pourvu que ça dure et viva la Reconquista !

30 janvier 2008

Les caves se rebiffent…

La Montagne d'hier nous apprenait la déroute d'un "quarteron … d'une douzaine" de "pseudo-généreux", en goguette électorale, alors qu'ils auraient mieux fait depuis longtemps de battre en retraite, pour la raison du grand'âge des idées qui d'ailleurs ils n'ont pas et de l'usure qui est la leur, y compris celle du plus jeune d'entre eux qui s'étant toujours pris pour son père a ainsi vieilli sans même s'en rendre compte, nous : si !
Et la chienlit promise ne fut que pipi de chat et du putch annoncé nous n'eûmes qu'une pitchnet' qui fit prout et puis pschitt… et l'adjudant en chef de cette compagnie venu chercher là son bâton de Maréchal le reçu… …comme il se devait, d'une reprise séche sur le bas du dos !… Avant qu' avec ses congénères ils rejoignent le piquet pour un temps qui ne sera à notre goût jamais assez long !
…Lamentable tout ça, ridicule !
___________________________________________________________________
La photo 1 : Alain Néri, "votre" député, aussi dénommé, par des belles qui ne le sont plus et qui se croient encore désirables alors qu'elles ne sont que jalouses : "Bise-mémé "… On peut entendre déjà des mal pensants dire que la photo aurait été prise du temps où, avec Luc Tixier (CG absent sur ce cliché, mais présent sur tant d'autres !) ils étaient allés essayez les sièges du futur train à crémaillère alors qu'en fait, il est clair qu'Alain est là au milieu d'une queue à la soupe populaire d'où il avait décidé cette année d'exprimer ses voeux aux Puydômois et Puydômoises, sans être toutefois tenu d'exprimer ses souhaits les plus profonds, à savoir entre autre d'être le futur président du Conseil général… Ce qui aujourd'hui n'est plus un secret pour personne !…
__________________________________________________________________
C'est le très excitant projet de "train à crémaillère d'accès au Puy de Dôme" qui servit de prétexte à cet escarmouche qui voulait se donner des allures de tectonique des ploucs pour rififi chez chez les Blong-Blong !
Comme c'est devenu l'habitude, l'offensive commença par des tirs de grenades fumigènes, rideau de fumée, visibilité zéro, verglas fréquent, la confusion totale et de part et d'autres de l'écran des "militants" toutes les stratégies possibles… Ainsi à Romagnat après avoir évité un chausse-trappe initiale j'ai dû me livrer à une analyse plus fine, plus à l'écoute plus dans le ressenti, au cas par cas… Et je me suis fait ma petite idée…
Après l'offensive à proprement parler, concernant la mutinerie du Conseil général voici les armes utiliséesdu grand classique :
Populisme -pourquoi tu crois qu'on voit si souvent la tronche à Alain à l'assemblée ? tu me diras que je préfère le savoir là que traîner au bistot ! - immobilisme - on est bien placé à Romagnat à force de se faire assaisonner à la vielle sauce SFIO - démagogie et manipulation des militants… et du peuple - dont pas mal vote Le Pen alors pourquoi pas lui piquer un peu ses manières puisque ça fait des voix : Ah ! le désormais inoubliable bol de soupe pour les prolos contre bol d'air pour les bourg's, y nous prend vraiment pour des cons ! Quand on a pas le talent de Jean la Fontaine on ne tente pas de nous refaire pas le coup du pot de fer contre le pot de terre, c'est usé, et s'il fallait en remettre une couche et que notre Jean des Fables*** fut pris au dépourvu- ce qui est assez, invraisemblable, convenez-en - c'est ce bon vieux Corneille qui pourrait sans faillir venir à la rescousse, en clamant à la cantonade (ce pourrait être le cas de le dire) : " que voulez- vous qu'il fit…" d'un gland , autre chose que cet arbre chenu, cassant sur le point de tomber, offrant ainsi au Cid l'occasion de revenir à la charge et reprenant son Maître de redire : "que voulez-vous qu'il fit ?… et bien, ralliant Cyrano : que rendu à ce point mon Dieu, à la fin, il se casse !… et que ma foi dans ces circonstances ce soit Gouttebel qui tiennent le rôle du roseau pensant et qui comme Christian eut la part la plus belle : celle de l'homme quoi !… Quant aux autres, avec lui dans le même panier nous usions préfère qu'après un long usage : "plein d'usage (c'est écrit là d'ailleurs mon cher du Bellay !) et raison (faut tout de même pas éxagérer !) il rentre à la maison le reste de leur âge…" et dans cette heureuse perspective nous revient jusqu'ici le soupir de soulagement de bon nombre de coreligionnaire enfin débarrassés de cette engeance manœuvrière.
____________________________________________________________________
Aparté *** : A Romagnat nous l'avons aussi notre "Jean La Fable" (façon de parler, ça dépend des jours !) il n'en connait qu'une toujours la même : " La raquette, l'élu et le social ", la raquette "emmanchée d'un long cou," l'élu, "avec un fromage dans son bec" et le social, "jurant qu'on ne l'y reprendrait plus !
______________________________________________________________

Maladroits pour finir : "le train à crémaillère d'accès au Puy de-Dôme" était-ce le bon motif pour une conspiration ? Bien sûr que non, ça sent trop le calcul, d'autant que ce projet à tant d'égards vient tant en résonnance avec celui si réussi et si populaire du tramway de Clermont, et en écho du "grenelle de l'environnement "… et du coup fait l'unanimité pour lui et en toute logique contre ceux qui s'y oppose à des fins d'entourloupe !… Les gamins n'ont jamais d'ailleurs agi autrement quand leur envie était au fond de prendre la fessée !… dans le même ordre que le tram et le train, heureusement que Vulcania est fait et n'est plus à faire !

En suivant le parcours de chacun il est assez simple de discerner quelles sont les vraies raisons d'une opposition de ce pan misérabiliste de la majorité départementale à sa propre majorité et à son président qui - la chose doit-elle beaucoup au hasard - s'est retrouvé un jour ou l'autre sur la route de l'un ou l'autre de ces "refusniks d'opérette" ( voir photo 1… ), contrariant sans doute ce qu'il pensait être un grand destin offert au peuple, sans arriére pensée (SSSSSSic…). On comprendra très vite que leur opposition conjointe n'était qu'un prétexte et que le train et sa crémaillère est le cadet de leur souci… Mais que le renouvellement d'une partie du Conseil général et la remise en jeu du poste de président est leur véritable enjeu… chacun séparément bien sûr étant postulant!… Viendra ainsi le temps d'autres complots et d'autres déchirures…
…et les idées et les projets dans tout ça ?
_____________________________________________________________
La Photo 2 :Fontaine et…………
Mioche-Jacqueson……Ouf !
_______________________

Dans la même livraison du journal (29 janvier 2008) Laurence Mioche-Jacqueson fait part de sa candidature au conseil général sur le canton d'Aubière , celui de Romagnat aussi, le nôtre donc ! Après ce que vous avez lu plus haut vous allez croire à une fable ou me prêter trop de talent mais son suppléant s'appelle Fontaine comme le mien aussi ce matin !… Notez que ces deux Fontaine là je les connaît l'un et l'autre, histoire de donner sans doute un argument à ceux qui pensent que je prends l'eau de toute part !…

Laurence "l'éclaireuse" elle s'engage là dans un truc qui ne va pas être facile. Moi qui ne voit pas le monde et les gens avec des lunettes convenables, j'ai beaucoup d'estime pour Hubert et de considération pour son travail… Son âge ? lui au moins a dégagé à temps de la Mairie… Et il a voté pour le train à crémaillère comme il a toujours voté pour l'ambition pour sa ville lui, qui est du coup devenue "très lisible", elle !
Bref, retour à Laurence "l'éclairante", elle habite en effet l'ancien local de Puy blanc qui fut longtemps celui des Eclaireurs de France… . Elle est sympa, elle débute là ou beaucoup renonce, elle est intelligente, c'est une femme et mère pour moi ça compte pour de "la" vraie… Elle s'occupe de nutrition et moi j'ai du diabète, c'est important aussi, et encore… et encore, à Romagnat elle habite sur la côte chaufournière juste au-dessus d'anciennes galeries et d'anciens Fours à chaux et elle y est sensible n' est elle pas venue d'elle même voir les nôtres ! ça fait des qualités tout ça … Suite à l'article, nous avons donc pris date pour aller l'entendre le 3 mars à 20 heures pour son meeting à Romagnat. Malheureusement elles sera soutenue ce soir là par deux des refusniks cités plus haut : Michèle André et Alexandre Pourchon ! On s'en accomodera et eux aussi j'espère, mais j'aimerais mieux toutefois, qu'avant, ils aient eu connaissance de ce petit billet pour couper court aux présentations… à comparaître devant mon "petit tribunal des idées"…
Peut-être que ce soir là, si j'étais sûr de ne mettre personne mal à l'aise bien sûr, peut-être qu'au nom de l'environnement je poserai à Laurence "l'éclairée" (mais vais-je savoir faire devant tant de monde? ) la question de savoir, une fois élue au Conseil général, quelle sera sa position par rapport au train à crémaillère et au titre des arts et de la culture si elle défendra devant l'assemblée départementale un dossier concernant le projet des fours à chaux de Romagnat qu'elle connaît donc déjà d'ailleurs pour s'y être spontanément intéressée : deux projets d'intérêt supra local l'un d'essence départemental… L'autre de naissance locale : la totale en quelque sorte !
Parce que on se connaît déjà un peu, et ce malgré la présence des mentors sus-nommés, elle sait déjà de moi, que je n'attendrais d'elle que des réponses comme moi je sais d'elle qu'elle n'opposera pas de pirouettes. Parole de Femme !

Qu'en pense Hubert des Fours et de ses projets? Du bien je crois et du côté de l'agglo il me semble que la chose ne soit pas vue d'un mauvais œil ? Alors Laurence "l'éclairée" où ton cœur va-t-il te mener ?
___________________________________________
Aparté : l'éclairée, l'éclairante, l'éclaireuse… c'est que Laurence habite le local longtemps occupé par les éclaireurs de France à Puy Blanc ( la chaux, toujours la chaux !)…Mais si je n'ai pas encore fait mon choix entre les trois termes, c'est sans doute que j'attends de voir… enfin d'être plus éclairé moi-même !… L'éclaircie, pourquoi pas non plus !



__________________________________________________________________
Les photos 3et 4 : C'est pour les dix ans du dimanche du piétons… Je viens de me souvenir que c'est moi, à la demande de La Montagne qui les a "inventé" et qu'il n'y a peut-être rien d'étonnant à ce que le premier fut à Romagnat… et le dixième aussi… j'ai donc en la circonstance invité quelques amis à une petite tripe aux Fours à Chaux Hubert Tarrerias vient de partir, il avait amené quelques flacons de Sancerre; Gilles Persillier, vigneron à Gergovie et "fournisseur officiel" du site, vante les"grands" mérites de son vin (très très bien !… t'as vu comme il est grand mon vin !) produit juste de l'autre côté du plateau, à Serge Godard à qui je parle du projet des fours et qui avec Michel Habouzit directeur général adjoint du journal se montrent très interréssés… Tiens ensemble on vient de réaliser que les rails métalliques qui soutiennent l'entrée de la galerie qu'on voit en face, sont des rails du tram première génération de Clermont : parole de Serge… Godard…"le vrai" ?
IciMaire et passé en coup de vent pour voir son homologue, il n'a regardé personne d'autre: ce type là n'est pas mal élevé, il est mal à l'aise et je crois qu'il ne connait personne : les gens ?!?!… l'autre, quelque part, d'abord, ça inquiète !
_______________________________________________________

29 janvier 2008

C'était bien, c'était chouette…


Amazing singer's à Ceyrat ce soir avec les copains et les copines et plus que tout avec Laurette … c'était vraiment trés bien, c'était vraiment trés chouette on en reparlera…et pourquoi pas à Romagnat !…

Qui qu'est chiche ?

28 janvier 2008

La prisonnière du désert…

Nous reviennent des échos comme quoi une liste aurait ramené dans ses filets (à un F prés filets et listes pourraient être des anagrammes ! curieux non !), la prisonnière du désert… et alors que tout le monde s'inquiétait d'elle, elle, elle ("elle, je ne veux qu'elle …") semblait la seule à ne pas s'être rendue compte que depuis pas mal de temps elle était seule, au milieu de nulle part, le désert quoi ! Incroyable, non!

La Prisonnière du désert… pas mal ! Avais-je le choix ? Pas un seul instant, par exemple, je n'ai pensé à Caroline chérie parce que sans doute, c'est un vieux film, daté, qui n'eut qu'un succès d'estime à l'époque et qui surtout a mal vieilli… et Martine Carole aussi d'ailleurs, alors ! Alors non, pas Caroline je veux pas porter la poisse à Martine ! Laquelle ? J'sais pas laquelle, des fois elle a deux noms… Lequel ?

Cette otage dont les F.A.R.C.E n'avaient pas voulue, je pouvais quand même pas l'appeler non plus la prisonnière de la canopée, d'abord, parce que le film n'a pas encore été tourné et puis le titre risque d'être déposé pour une autre et parce que je ne voulais surtout pas avoir des emmerdes avec ces jumeaux, hyper nerveux que sont Hugo et Sarko qui tous les deux sont sur ce coup… Mais là aussi je le regretterai la prisonnière de la canopée, ça fait un peu radeau de la méduse pour écolo et dans ces histoires de navigation à vue, ça aurait eu sa place !…et puis un vert ça vote, ça cause et puis ça vote !…deux verts ça vote aussi mais ça n'en finit pas de causer et au-delà bonjour les dégats !… à chaque vert supplémentaire ça fait un groupuscule, comme leurs frangins du PS font des courants…avec tous ces courants on pourrait croire qu'il y aurait la lumière à tout les étages, mais non le black partout : la panne ? Non ce n'était que des courants d'air ! Par contre à tous les niveaux le gaz et là c'est explosif… C'est l'avantage du MRG ils sont si peu nombreux que, à condition qu'ils viennent tous à l'entrainement il ne peuvent constituer qu'un seul groupuscule, à peine. Leur probléme à eux, c'est la relève, avec les juniors même pas de quoi jouer à 7 7 pourtant le chiffre magique ! Alors ascète ? Comme il s'est dit l'autre soir à la réunion des associations avec IciMaire il faudrait retrouver des pratiques plus frugales : les Radicaux montrent à nouveau la voie, ce sont décidemment des As de la navigation depuis que l'un d'eux a découvert que "ce n'est pas la girouette qui tourne, mais le vent ! "… Qui dira que la survie ne donne pas des idées ?… IciMaire a semble-t-il du mal à méditer ceci !

Bref j'ai opté pour La prisonnière du désert à la manière de Botticeli qui aurait remplacé la coquille nacrée par une colonne d'albâtre et alors ?
Alors comme un stylite (J'aurais pu dire styliste mais il aurait fallu que je sois sur un registre plus nouvelle vague ce qui n'aurait pas été mal non plus avec tous les autres marins… La fille du corsaire alors ? ça doit exister ça au cinoche !), je disais donc, comme un stylite redescendant de sa colonne elle quitte les sables de son Sinaï comme on quitte sa thébaïde, et nous revient comme le père d'une église universelle ,qu'on aurait épilée sous les bras pour qu'elle ne transpire pas d'idées trop fortes risquant d'incommoder du monde en fin de journée à l'heure des réunions électorales ! Notez que quand j'écris père d'une église, je sais très bien que dans cette histoire le père c'est John Wayne ou plutôt qu'il est l'oncle, ce qui lui interdit d'être à elle la mère puisqu'elle est la nièce et l'objet du désir de son oncle… C'est vachement compliqué cette histoire, je vais en parler à mon psy !)

Bienvenue en tous les cas dans le club des 5+1 : 5 Listes et 1 voix… Des fois ça suffit pour assurer une majorité… La voix bien sûr ce n'est ni celle de son maître, pas plus que celle qu'écoutait Bernadette, c'est bien sûr "la parole libre "… tu l'aurais deviné ?

Par ailleurs c'est fou de constater combien une telle légitimité - celle d'IciMaire- force à ce point les oppositions ! Dingue, non !… ça a dû leur en coûter pour qu'ils se décident, tous quand même à s'opposer au père , à moins que là aussi le père n'était pas le père qu'il croyait être lui même : c'est qu'il en faut du temps pour finir père- maire encore ça s'improvise ! - et il en a eu si peu, deux ans, comme un hold-up, presque volés, je voulais dire, à la volée ! Faut dire qu'il sortait depuis Cournon, tout de même d'un quart de siécle de fringale… Peut-on en vouloir dans ces conditions aux voleurs de pommes ? L'art d'être père, Victor (l'autre…) qui est pourtant mort vieux, n'a pas eu le temps de l'écrire, c'est dire, tant il en a pissé celui là aussi !
Quant à toi, continue d'incarner ce nul part complètement déblogué !… Que d'aucuns croit au centre et qui comme l'autre a dit est : Devant !


Tiens pour finir si j'essayais aussi…Gueule de blog, c'est pas mal non plus, ça doit pouvoir te foutre une putain d'atmosphère… Pas dit que je n'y aurai pas recours à un moment ou un autre. Tiens, tout de suite même : sans y toucher, mine de rien, comme une retraitante, avec ta gueule de Blog, tu étais en fait partie la première et pas dit qu'à l'arrivée tu sois dans les derniers ! Mais s'il te plaît même à ce moment là, même pour te rapprocher de la tête (si j'ose dire!) renonce alors à l'alliance d' Aimé… ça me rendrait jaloux comme un poux, car, entre nous fils et frères de blog comme on dit frères de sang chez les indiens du désert***, ça doit créer une sorte de fraternité et plus si affinités, non ?… Aussi pour en parler à l'heure du désert justement on pourrait boire un jus… Ah! oui, au fait, pour les Fours à Chaux t'a prévu ça quand… Note que je peux également te faire visiter Opme aussi et Saulzet pareil, je m'y sens comme chez moi comme j'aimerais que tous les "Romagnatois" se sentent chez eux aux Fours… et au Moulin à chaux aussi… Ici ça a longtemps été le nom de l'usine : au moins que chacun le sache !

Tout ça ne me dit pas qui dans tout ceci tiendra le rôle de John Wayne, le père… non l'oncle enfin je veux dire le parrain !… Alors, Jean, encore lui, toujours penché au-dessus de mon épaule pour surveiller ce que j'écris, de dire qu'il ferait bien l'amant, preuve s'il en fallait que Jean ne va pas assez au ciné et qu'il n'a jamais vu ce film : dans cette histoire il n'y a pas d'amant, il n'y a qu'un oncle et de sexe, il n'y a que celui des Anges…

Allez,"let's go" et Twist again, good luck "prisonnière" I am, like you, a poor lonesome cow-boy… Qui rêvant quelquefois à toi désormais, va s'inventer un avenir de gardien de prison !
____________________________________________________

***A propos d'indiens, tu te souviens la scène à la fin, magnifique, quand l'oncle et la nièce pour partir en voyage de noces vont franchir la rivière où sur l'autre rive les attendent les soldats pour leur faire cortège avec des confettis winchester, alors que sur les deux lèvres du talweg, au fond duquel ils chevauchent, les indiens, en file ind… bien sûr en file ind… leur file le train!… Le train, 3 fois… Ah non, ça, c'est un autre film, une autre histoire… pour une sixième liste peut-être ? La liste à Rataplan, va savoir… Quand tu dis à droite y part à gauche et… lycée de Versailles !… Suffisant pour faire la différence?… Dommage car il a le profil d' un pro Rataplan, une carrière politique sur la longue durée pourrait lui être promise : pas la queue d'une idée tout juste les oreilles… Ces idées là, comme les courtes ont la vie dure, ça s'use à peine, le pire de l'usure c'est déjà au début ! C'est que ces idées çi, elles naissent vieilles et se reproduisent comme des lapins ! Ah,encore les longues oreilles!… A ne pas confondre dans le même registre avec les longs couteaux, ça c'est plutôt Rintintin, pas doué pour un sou pour la politique mais surdoué pour la musique :Ta, ta, ta ta ta ta, ta, ta, ta, ta, ta… sans tambours mais avec trompette de cavalerie : pas beau pour un final ? Amenez les couleurs… Rideau !

27 janvier 2008

La marche des arbres…invention d'un paysage !

Ce dossier constitue, outre ma participation régulière et mes interventions aux réunions du PLU, un apport particulier que j'ai transmis à IciMaire et au bureau d'études. J'imagine que des contributions rédigées de cette importance furent nombreuses à leur parvenir… et c'est donc la raison pour laquelle j'imagine, jusqu'à ce jour, ce dossier est resté sans réponse à sa mesure !
Je ne peux tenir comme réponse ou marque d'intérêt ou de désapprobation d'ailleurs quelques attitudes qui relèvent plutôt du tic ! Ainsi de quelques hochements d'épaules d'IciMaire, énigmatiques mi- ironiques, mi-embarrassés - comportement que beaucoup lui connaissent ; ou encore des débuts de phrases hâtifs et sans suite, du genre "oui je vois mieux, je vais y réfléchir…" ou "je vois un truc , qui devrait…"on croit distinguer : "à la réunion de…" et puis il est parti ! Je ne parle pas du silence radio du bureau d'études - au demeurant d'une incroyable indigence - au point qu'on pourrait se demander si consigne ne lui avait pas été donné de…
Bref au jeu des "questions sans réponses" je ne sais pas jouer, et ce jeu là par contre semble être l'un des préférés d'IciMaire : "l'écoute sans l'échange" …
…De ça d'ailleurs, "ce mauvais pli", nous commençons à en parler si nous nous croisons, car moi je crois que ça se soigne, mais que c'est long et que le temps va lui manquer d'ici les élections… mais on ne sait jamais pour 2014 !
Bref on l'a compris, pour moi autant que pour l'intérêt général, j'aurais de loin préféré qu'on m'oppose un MERDE tonitruant qui eut fait que j'aurais su à quoi m'en tenir et su du même coup de manière très claire de quel bois cet être-là était fait !
Mais bien sûr pas de gros mot pour réponse, car "chez ces gens là Monsieur !…on ne jure pas , Monsieur"…on ne répond pas d'ailleurs, et a fortiori à un malotru ! Ainsi, la bien-pensance niche souvent là où on ne l'attend pas !…

________________________________________________________

La Marche des Arbres : Invention d'un paysage !

Vu du monticule de Chomontel (doc 1), observatoire idéal de la commune de Romagnat, puisque d'ici, la vue peut couvrir à 360° son territoire, les contreforts du plateau de Gergovie, du bois des Rotis jusqu'au Puy des Goules et au-delà le puy des Rizolles d'où dégringole le ravin boisé des Vinzelles, le" paysage ressenti" (y en-a-t-il d'autres ?) apparaît comme un ensemble boisé continu constituant le cloisonnement sud auquel s'adosse le cœur du grand Clermont ( (première couronne) donnant bien ainsi et les types et la mesure des enjeux tant urbanistiques qu'environnementaux et paysagers dont il est l'objet dans un cadre géographique qui dépasse la seule commune de Romagnat. On devine aisément combien ce "dossier de verdure" est un "élément de confort"(cadre de vie) des gens qui vivent ici, et cet "adossoir du regard", un élément important de l'identité clermontoise. (cadre de vue)

Observé plus attentivement, "le paysage réel" de cet ensemble boisé apparaît avec beaucoup moins de continuité et on doit y discerner d'une part, des espaces qui ont fait l'objet d'une forestation rationnelle au XIXe siècle et depuis d'une exploitation plus ou moins régulière et d'autre part, des espaces où depuis l'abandon de l'ancienne agriculture (déprise vigneronne essentiellement) (doc 2) qui font l'objet d'une reconquête ligneuse (forestière) spontanée à partir des espèces disponibles à proximité et à grosse capacité reproductrices sur d'anciens sols travaillés, type robiniers (faux acacias) et leur cortège d'épineux (ronces,épines noires) et autres arbustes types baguenaudiers… aboutissant ainsi à la mise en place de milieux impénétrables et hostiles, à la bonne venue d'autres essences plus autochtones, plus précieuses mais moins conquérantes car plus sensibles et exigeantes (noyers, merisiers …)


Ces côtes alors qu'elles présentent désormais beaucoup d'intérêt sur le plan environnemental ne présentent pas de surcroît de grandes aptitudes à la constructibilité (de par leur topographie et leur exposition Nord). Sur ces versants, l'agriculture non plus ne reviendra pas, d'où la pertinence qu'il y aurait de mon point de vue à une mise en ordre et une valorisation de ce paysage par l'implantation rationnelle de l'arbre, en vue cette fois d'assurer un véritable continuum forestier :

c'est ce projet, qui constitue l'objet de ce dossier.

Ainsi, apparaissent, comme encore opérant, les projets initiés par ces agronomes distingués, bourgeois éclairés, (doc 3 cimetière) que furent MMr François-Henri Taché (Architecte 1er Grand prix de Rome dans la catégorie "Beaux-Arts") et Alexandre Victor Astaix (Bâtonnier, conseiller général, maire de Romagnat, distingué en 1895 par un prix national d'Agronomie) (doc 1bis) A côté de la mise en place de plus de 8 hectares de prés-vergers ces réalisations forestières datant de la deuxième moitié du XIXe siècle consistèrent donc à remembrer plus de 30 ha (dans un contexte agricole bien plus prégnant qu'aujourd'hui) et planter plus de 100 000 plants sur le Puy des Goules (ou de Clerzat) et le puy de Gergovia (dit aujourd'hui puy des Fours à Chaux).

De par la volonté de ses propriétaires, initiateurs et porteurs du projet dont il est ici question, le domaine des Fours à chaux (doc 4) dont ils ont progressivement commencé la remise en valeur depuis une dizaine d'années, pourrait servir d'exemple (expérimentation pratique) et d'outil d'entraînement pour l'ensemble du projet "d'invention d'un paysage" qui pourrait s'étendre progressivement à une centaine d'hectares dans le cadre d'une Association Syndicale de Gestion Forestière) (doc 5) qui, sans dépossession, permettrait de fédérer le plus grand nombre des propriétaires qui sont possesseurs sur ces côtes de microparcelles (parcellaire témoin de l'ancienne activité vigneronne) aujourd'hui envahies par la friche et dont ils n'ont aujourd'hui pour la plupart, plus connaissance de la situation autrement que sur leur matrice cadastrale. En tant que propriétaire forestier la commune de Romagnat voire le conseil général (à vérifier concernant ce dernier) pourraient eux aussi s'associer au projet dont la dynamique initiale pourrait être optimisée par le rapprochement des deux grandes propriétés unitaires de cette zone, celle de la famille Basse : le Puy des Goules (doc 6) d'une contenance de 17 ha et celle de la famille Quinsat-Lébre le puy des fours à Chaux d'une contenance de 15 ha. Des contacts avec l'ONF, gestionnaire de la forêt des Rizolles (doc 7) sont en cours pour voir quelle serait la pertinence et la possibilité d'un rapprochement. La DRAF-DDAF (Direction de l'agriculture et de la forêt) ainsi que le CRPF (centre régional de la propriété forestière) accompagnent eux aussi cette réflexion et contribueront à son animation le moment venu. Quant aux associations CRHP (conservatoire régional de l'habitat et du paysage) (doc 6) et Colportage (les arts du chemin et du paysage) (doc 7), elles sont parties prenantes de cette action depuis son origine. Jean-Pierre Couturié (doc 8), géologue, Luc Breuillé et Michel Astier, architectes (doc 9), tenant le rôle de conseils éclairés et amicaux.

Pour passer de cette ancienne valorisation viticole à une valorisation sylvicole, et compte tenu de la nature et de la mesure de ce parcellaire, il serait sans doute plus judicieux de parler de revalorisation par l'arbre plutôt que par la forêt. Ainsi de précieuses essences comme le noyer, (essence reine de ces lieux) (doc 10) le merisier, le frêne ou encore l'érable retrouveront ici une place et un sens en"résonance" avec la mesure des parcelles qui les porteront et la nature des propriétés (une économie à l'échelle) et l'espérance des propriétaires donc leur intérêt pour le projet.









Ainsi, à terme, peut-on imaginer que le continuum forestier qui demeure l'objectif premier se présentera, non pas comme un massif homogène et monolithique mais commeunemarqueterie végétale ex exprimant du mieux possible la diversité et la continuité garante d'un développement durable.

Aussi brèves que soient les indications concernant l'activité agronomique de MM. Astaix et Taché, contenues dans "la chronique de Jean Cohendy", (géomètre et secrétaire de mairie à Romagnat pendant 60 ans de 1873 à 1933), elles peuvent encore constituer comme un corps de doctrine (doc 11), contenant la plupart des éléments éthiques et méthodologiques sur lequel peut s'appuyer aujourd'hui ce projet. Un projet qui sait opposer à une démarche massive une action progressive et pour une part expérimentale, dans la durée la continuité et la cohérence. Un projet qui à l'habituelle "tarte à la crème" de la découverte et de l'ouverture au public, concept totalement en vacance de contenu, sait proposer une perspective pédagogique qui pourrait être qualifiée d'École de la forêt qui permettrait d'associer des générations de jeunes à la mise en place et au développement du projet. Un projet centré autour de la fonction de production (doc 12) qui doit être première pour que les autres fonctions puissent être assurées et assumées dans le cadre d'un développement à long terme en opposition à cet autre poncif de la "ludicité capricieuse". Ainsi serait une nouvelle fois apporté le témoignage qu'un projet sensible, d'inspiration et déportage civil, d'initiative particulière et citoyenne, demeure demeure largement ouvert à l'intérêt général et nourrit le bien commun contribuant ainsi au renouvellement constant et nécessaire d'une pratique humaniste.

Il a déjà été dit plus haut que le domaine des fours à chaux serait au cœur du développement de ce projet comme pôle d'excellence. Aussi pour ce faire serait-il nécessaire que, dans le cadre de la révision du POS en PLU, il puisse bénéficier d'un classement qui lui permette la réalisation en terme de construction (pour des besoins de garage, stockage, de séchage et de valorisation du bois par une petite transformation) (doc 13) et de gestion forestière (desserte pour l'essentiel), des équipements qui lui sont nécessaire. Ces travaux et aménagements devront tous répondre à des normes de qualité (doc 14).

Par ailleurs, on le devine, cet arrière-fond forestier servira bien évidemment de cadre à l'activité artistique (doc 15) qui se déroule depuis plusieurs années dans l'ancien site industriel des fours à chaux à laq à laquelle devrait se subordonner désormais une activité ethnomuséographique (doc 16).
Ces deux versants d'un projet culturel amenant un surcroît de sens et d'attractivité au projet forestier, devraient également bénéficier dans le cadre du PLU de la possibilité de doter le site des outils nécessaires à son développement (local d'accueil, espace muséographique "la maison du chaufournier", résidence d'artistes dite " le chantier"; desserte du site dite du TTPV reliant d'une part des Fours à Chaux à La Garde à l'est et au Salon des noyers à l'ouest au débouché du ravin des Goules... amorce peut-être d'un futur circuit ferroviaire du "tour de Gergovie"… d'inspiration minière (doc 17).

Dans l'esprit des lieux cette activité artistique est elle aussi centrée sur la notion de production et de travail par la réalisation de résidences d'artistes qui devront en premier lieu trouver leur expression dans l'ensemble du site (plastique, littéraire, musicale, dramaturgique, chorégraphique…) aussi bien pour la part forestière que pour la part industrielle.
L'échec selon nous de bien des propositions ethnographiques tient au fait que "lieux et matériaux" ne sont pas rechargés en sens ce qui dans notre projet est le rôle de la fonction artistique : transcender pour mieux transmettre (doc 18 texte R. Debray). Une transcendance, une transformation pas nécessairement appliquée à l'objet ethnographique mais susceptible de renouveler "l'esprit des lieux" établissant une atmosphère capable de susciter, d'accueillir de construire et conduire ce "nouveau regard" et le détourner vers une "évidente redécouverte".

L'importante activité qui s"est déroulée depuis plus de 10 ans dans ce site pour accroître sa "lisibilité " porte aujourd'hui ses fruits, le regard extérieur a changé dans bien des cas il est enfin venu à la lumière, les lieux sont redevenus objet de désir, et ainsi les conditions de l'action sont rassemblées. Agissons !


Bernard Quinsat
19 février 2006

Doc 1: Photo des Côtes vues de Chomontel : 1948 (photo Roger Bellard) 2005 (Photo de Jean Cohendy)

Doc 2 : un exemple de parcellaire autour des F à C

26 janvier 2008

Pour couper court à un scandale…


Par souci peut-être de faire un peu people, une rumeur circule à mon sujet, je vous la livre ! J'aurais choisi de faire une petite escapade la semaine dernière le long d'anciennes voies navigables afin de pouvoir chaque jour, dans chaque port, changer de femme !… la chose bien sûr est odieuse et fait courir le risque du scandale à la seule femme avec qui j'ai partagé mon périple à savoir Pamela Anderson que tout le monde s'accordera à penser qu'elle doit être effectivement mon style ! Ce billet apporte donc un démenti absolu à la rumeur en même temps qu'il m'offre l'occasion de vous livrer une vérité que je vous dois concernant les raisons de mon absence. Les voici :
Certains prétendant que mon blog "Parole libre"aurait une certaine influence, afin de ne pas abuser mes lecteurs et mes rapporteurs, il m'a paru de ma responsabilité d'en savoir plus sur les deux candidats que la raison et l'opinion désignent comme favoris logiques tant le désir de changement est une évidence ! Vous comprendrez que ce sont bien sûr les seules justifications de ma position… et mon souci d'investigation qui en découle !

Je suis donc parti à leur rencontre dans leurs demeures familiales et voilà donc la vraie raison de mon absence… tout simplement ! (voir quand même mon blog : voyage-a-pied.net …)

A ma demande donc et pour mieux faire connaissance, l'Amiral "la Perruche" et "Cap'tain Farret" m'ont ouvert leur cœur et leur album de famille… et je n'ai pas été déçu il y a bien chez eux une vraie tradition de l'abordage, et s'il ne sont pas morts c'est qu'ils sont encore vivants… et tout à fait aptes donc à gagner… s'entend le premier assaut qui devrait les voir s'affronter au second !… Belle bataille navale en perspective !
Pour vous donc et en exclusivité - fidèles habitués de ce blog, qui vous engagez bien sûr à garder ce secret sinon… sinon quoi d'ailleurs ? - vous venez de découvrir une part de mon butin: les tableaux des ancêtres !

Le Capitaine Nemo (voir billet précédent: La gauche plurien : transformation !) au courant de cette affaire et qui voudrait tenter de se méler à cette joute, souhaite que je le visite à son tour : ce sera bientôt fait ! Il propose de me recevoir, lui, accompagnant aux grandes orgues du Nautilus " La Castafiore" venue voler à son secours… Ce côté naufrage du Titanic je trouve ça terriblement Glamour… et vous?… Bien plus en tout cas que Trafalgar ou les Dardanelles !…
Mille sabords! "Nemo et Bianca" ça ce sera une sacrée première, Saperlipopette! comme dirait le Capitaine…

Ah! tonnerre de Brest, j'allais oublier le Contre-amiral Aimé Toutcontre…on a du mal à le distinguer, là- bas à l'horizon, dans une chaloupe… il semble ramer ferme serait-il en train de prendre le large, le grand large… ou tente-t-il de se rapprocher de l'aplomb du Nautilus ?

Et si mardi, on se retrouvait à Ceyrat,…



Savez -vous qu'il existe à partir d'une initiative individuelle, accompagné tout naturellement par la municipalité une programmation annuelle piano-chant intitulée "SONAT'A CEYRAT "? Mardi ce sera mon ami Fabrice Maître qui dirigera la formation des "Amazing-singers" dont il est à l'origine pour un concert de Gospel à 20h30 à Ceyrat donc : c'est super !
Fabrice tous ceux de la Chorale Crescendo de Romagnat le connaissent , c'était le grand ténor du Requiem de Mozart, la grande et récente aventure dans laquelle ils avaient suivi ce "fou dirigeant " qu'est notre ami Michel Peltier, cet autre dingue de liberté et d'initiative !

Si on s'y retrouvait ?…les pratiquants de ce blog pourraient porter à cette occasion un noeud violet à la boutonniére (pourquoi violet ? devine …) , comme signe de reconnaissance !… Bien sûr que ça ma rappelle la blague de Pierre Dac et Francis Blanche !

On inaugurerait peut-être ainsi les rendez-vous du blog …
…et n'oubliez pas on est en campagne électorale, alors n'hésitez pas à afficher vos goûts!… C'est le moment où jamais, certains pourraient peut-être en tenir compte?… va savoir !
_____________________

** Fabrice, on s'est rencontré il y a quelques années en jouant dans " les P'tites Michu " de Messager , montées par Musique université . Tout de suite on s'est plu et depuis on fait quelques trucs ensemble! Au plus prés il m'a proposé de faire le général Boum-Boum et unBaron suédois dans "airs d'opérettes "un spectacle qu'il a conçu et mis en scéne…on a déjà joué quelques fois…il semblerait qu'une des prochaines puisse être à Romagnat !…tenez-vous au courant…

25 janvier 2008

Heureux ceux qui ont soif de voir et de savoir…



…et heureux cet autre qui va les recevoir !


François Farret et Jacques Schneider m'ont aimablement demandé, séparément, de leur faire visiter avec leurs équipes les "Fours à Chaux".
Je voulais d'abord les féliciter et les remercier de la qualité de l'attention qu'ils avaient prétée à une action , la mienne, que j'avais progressivement, depuis une dizaine d'années, décidé de tenir, pour l'essentiel, résolument à l'écart de "la chose publique" comme aurait dit Brassens pour me consacrer à un temps de réflexion et de "travail" plus personnel que pour une bonne part j'ai inscrit dans ce site. Par cet engagement solitaire, les "Fours" en regagnant le regard de nombreux Romagnatois et autres admirateurs d'ailleurs ont ainsi retrouvés droit de Cité!
Un projet à la fois identitaire ouvert au public, et par ailleurs consacré à la création est enfin envisageable.

Aussi la reconnaissance que porte aux "Fours à Chaux de Romagnat" François Farret et Jacques Schneider ainsi qu'indirectement, à mon propre travail, nous honore ; qu'ils en reçoivent ici notre gratitude.

Ces visites n'ont bien sûr pas un caractère public, mais pour ma part je ne verrais bien sûr aucun inconvénient à ce que leurs sympathisants se joignent à eux. Il ne m'appartient pas d'en décider… mais peut-être leur seraient-ils possible de les contacter sur leurs blogs respectifs. Si toutefois la "jauge" se trouvait dépassée, c'est avec beaucoup de plaisir que je recevrai à d'autres moment d'autres groupes, c'est ce blog à ce moment là qui servirait d'intermédiaire ou mon adresse mail.
On devra considérer que ces sorties font parti de ce que j'annonçais comme des balades critiques, à pied, à allure citoyenne de découverte du territoire. Sans être des tribunes, elles pourront toutefois constituer un point blog.

Mon premier rendez-vous sera Dimanche avec l'équipe Farret .… Il s'agit d'une visite des "Grands Fours à Chaux"- comme on a pu dire un temps de la Grande Serbie, comme un autre disait "de Dunkerque à Tamanrasset""- du plateau de Gergovie jusqu'au "Centre à venir" de Romagnat !… à me supporter pendant 3H00 !

1/ la côte de Gergovie : quelle réalité, quelle avenir ?
2/ Les fours à chaux : "la part d'identité ": les galeries (évocation), le carreau de carrière, l'usine à chaux.
3/ Les fours à chaux : "la part d'invention" : un projet participant au bien commun, artistique, culturel et scientifique ? et un porteur de projet : qui est-il ?
4/ entre les fours et le futur "Centralissime" : réflexions et proposition d'actions urbanistiques et pédagogie de l'action .

Dés que l'autre rendez-vous aura été arrêté avec Jacques Schneider je ne manquerai pas de vous informer… lui aussi j'imagine !

La fiévre monte à "El Châtos"…



De retour d'une petite absence j'ai eu la surprise de découvrir en action dans la rue des petits hommes verts en train de l'ausculter?!… En réponse à mes questions il me fût répondu qu'en fait "el Châtos" inquiet du sort funeste qui lui est promis par cette campagne avait confié à une société de martiens - de sorte que la chose demeura secrèteè- la mission de prendre le pouls de la rue ainsi que sa température et sa tension afin de connaître la mesure exacte du péril…Le pronostic est trés ,trés réservé , dans le meilleur des cas des séquelles très importantes sont à prévoir et jusqu'à l'examen final le patient doit faire l'objet d'une surveillance rigoureuse… Il semblerait que j'en sois chargé ?…

D'autres que moi auraient-ils observés la manigance ?… Si oui, leur concours me serait précieux pour exercer au mieux ma responsabilité !…

24 janvier 2008

Retour au bercail pour les uns, à l'écurie pour l'autre !



Nous sommes arrivés, au bout du canal latéral quand il aborde la Loire, sous Sancerre au port de Saint-Satur, comme convenu, le jour de la Saint-Vincent, patron des vignerons, au moment où apparaissait la Lune en plénitude. Avec el Toro nous avons présenté une saillie d'honneur au bateau que Serge Durin fabrique ici depuis trois ans et qui prendra "la clef du canal"- direction Séte - à la fin février… Ce n'est qu'au moment d'écrire, alors que l'ami Jean lit par dessus mon épaule, qu'il m'apprends que ces jours-ci, la Lune s'est levée dans la constellation de Taureau… tiens tiens !… et puis Toro le lendemain est rentré à l'écurie aux Fours à Chaux dans les derniers feux du couchant… La boucle ainsi était bouclée !… les visiteurs du prochain week-end aux Fours pourront ainsi le découvrir… une saillie peut-être ?

Temps pour moi de me remettre à mon poste d'observation d'une autre campagne : celle des municipales à Romagnat !
Ce soir je vais donc à la réunion que la gauche plurien propose aux associations. Avec le mauvais esprit qui me caractérise, j'ai hâte de voir, bien dans la lignée de la réunion qu'Ici-Maire a proposé à des Romagnatois épars - j'ai toujours l'habitude de compter les chaises en arrivant… Après il ne suffit que d'apprécier les trous… et on était assez loin du chiffre proposé par les organisateurs autoproclamés journalistes en la circonstance ! - jusqu'où peuvent-ils aller dans l'instrumentalisation du fait associatif pour dresser un bilan , proposer un projet… communiquer tout simplement, en fin de compte !… La réunion sus-nommée ayant été en l'occurence particulièrement éloquente !!!… Alors pour commencer :

…Plus jamais un représentant du conseil municipal dans un conseil d'administration d'association, mais des rapports de tiers !
…Plus jamais un premier magistat qui en réunion publique présente les aides municipales comme le moteur du développement associatif !… mais sur des initiatives associatives des relations partenariales et contractuelles !
…Plus jamais une volonté municipale pour la mise en place d'une association - petit rappel loi 1901 me semblerait nécessaire : l'esprit et la lettre ! - susceptible de fédérer les autres !!!!
…Plus jamais un maire qui chapeaute de son billet le calendrier d'activités d'une association-surtout pour ne rien dire - , ce sont là de vieilles habitudes ambigues de notable et puis chacun doit rester à sa place, ça évite les confusions et les amalgames !
Haro sur une culture administrée ! Oui à un foisonnement associatif auquel l'institution est à l'écoute, de manière à opérer des choix partenariaux justifiés critiques et critiqués !… La culture est un risque partagé… à suivre !

Aurais-je l'outrecuidance de prendre la parole moi qui n'ai jamais déposé un dossier de demande de subvention à la Mairie, ce qui semble être une obligation pour exister ici ? De ce fait ne serais-je pas trop une pièce rapportée qui s'invite à un repas de famille ? Le tuteur ne va-t-il pas me faire les gros yeux ?

Je vous tiens bien sûr au courant…
et content de vous retrouver !

22 janvier 2008

Avis aux cafteurs!




Au port d'Embraud comme à celui de Marseilles-lès-Aubigny, pas plus d'Amiral La Perruche et de Captain'Farret que la rivière a soif! On a attendu des plombes mais rien. Du coup, on pourra pas être présent ce soir à la réunion du Captain! Aussi que tous ceux qui y seront n'hésitent pas à cafter sur ce blog, histoire qu'on soit au courant.
Allez à jeudi!

19 janvier 2008

le retour du blogueur fou!


En bonne compagnie et en bon chemin, dans 5 jours on rapplique et on repique plein blog!

16 janvier 2008

Sur la chaîne unique : un grand chaud-froid électoral…

Dans le studio Dédé Raynoird, hier soir Bataille et Fontaine, recevaient dans le cadre de leur émission "y a que la vérité qui compte", l'équipe de "la gauche plurien" en vue de tenter de la réconcilier avec son temps et les gens qui l'habitent...Quel moment oubliable !

Quels en furent les résultats ?...

Faites nous confiance
vous saurez tout, en détail, un peu plus tard, le temps pour l'instant nous "presse"... Cher public : ce sont là les difficultés du direct, fût-il légèrement différé!

Dans l'attente : SVP pour "booster" vos commentaires relatifs à cette réunion, rattachez-les plutôt à ce billet. MERCI.

15 janvier 2008

Transformation réussie …deux points de plus !

Si vous voulez voir un résumé complet et l'action au ralenti retouner dans mon billet : "Gauche plurien: la transformation !"

Le niveau monte dans cette campagne…

Le niveau monte sur ce blog tout du moins, faut dire que la barre avait été mise assez haut d'entrée……
……Faut croire que le rédacteur fait totalement confiance à l'intelligence de ses lecteurs et de l'ensemble des électeurs et de leur immense désir qu'à ce titre là, on cesse enfin de leur parler comme à des enfants ou des demeurés, persuadé qu'il est que les gens sont dans une toute autre attente ! Ceci sera l'objet de mon billet "…comme la légion d'honneur d'un mauvais garçon ! ", quand je trouverais cinq minutes pour m'y remettre alors que le "chantier" me requiert ailleurs… du langage et du pouvoir en quelque sorte.
Ceci étant que Marie-Odile me fasse suivre un article de Raphaëlle Bacqué paru dans "le Monde" à propos d'Edgard Morin sous prétexte qu'à certains détours de phrases ça lui fait penser à moi est à la fois très sympa, très flatteur mais peut-être très excessif (un peu cabot sur ce coup… sans doute un de mes meilleurs rôles ) …Quant au fait qu'elle ait trouvé cet article sur le blog de Martine, c'est carrément cocasse !… Merci Martine !
ça ne devrait étonner personne que j'ai effectivement une très grande considération pour Edgard Morin. Il fait partie de ces trop rares qui ne prétendent en aucun cas à être des "Maîtres à penser.…pour les autres" mais qui profondément sont des "Maîtres à faire penser…avec les autres". Ceci repose totalement sur la confiance qu'il fait, au pouvoir de l'Autre à penser par lui-même. CQFD !… demi d'ouverture, en quelque sorte distributeur de jeu… certains semble-t-il s'y sont trompé: ah! l'impitoyable rigueur des mots !

Que ce blog participe de cette éthique là c'est bien sûr mon souhait, que ce soit une évidence une gageure, mais n'y arriverait-il que pour une part infirme et que ce soit sa marque, j' accueillerais avec humilité ce message que Marie-Odile m'adresse ! Merci !

14 janvier 2008

"Les Riches Heures de Romagnat" contes et légendes.

Au cours de nos recherches pour apporter toute sa crédibilité à ce blog, notre équipe a retrouvé un inestimable paquet… perdu dans un trou de mémoire !

Au pays de la mémoire courte personne va s'en étonner, pour la raccourcir à ce point, il faut bien la couper de ci-de là et cahin-caha y faire des trous, dont à la longue, personne ne se souvient… Alors attention à la marche !
Bref, la chose se trouvait protégée dans un vieux parchemin qui ressemblait à un ancien journal disparu depuis longtemps sur lequel on pouvait lire "La liberté" et le tout était lié par une ficelle de chanvre. A Romagnat les fosses à rouïr le chanvre se trouvaient près du gour qui était sous le vieux cimetière… côté bassin d'orage pour faire d'jeun ! Mais rien ne permet d'affirmer que cette ficelle là fût d'ici, mais comme sur celles-ci l'on connait suffisamment de choses, celle-là on l'a confiée à l'expertise : on attend les résultats !
Dans ce paquet, "merveille des merveilles", un ensemble de planches qui rapportaient les Riches Heures de Romagnat, ensemble que l'on croyait définitivement perdu et n'ayant désormais pour seule demeure qu'une érudite rumeur… Il existait donc bien et il était là !

Comme d'hab, Black et Mortimer s'en sont ostensiblement désintéressés, je veux dire ont souri en apprenant la nouvelle, de ce sourire entendu qu'ont les gens sérieux quand ils redoutent de ne pas être à la hauteur redoutant que la taille de la chose les rende plus petits !
Immédiatement confié au C14 - avant que n'arrive la taxe carbone parce qu'après ce genre d'expertise va être inabordable ! - il fût très vite évident et ce de manière précise que ces documents dataient d'une période incertaine située dans un temps improbable. Notre connaissance ayant ainsi bien avancée, nous avions suffisamment d'indications pour la confier aux restaurateurs de l'Univeracôté sous la direction de l'éminable Professeur Popof-Deubelbeiss. (voir blog : voyage-à-pied.net, lien en marge de ce blog)
L'ensemble contenait une très riche iconographie, dont une des planches assez bien avancée dans sa réhabilitation pour être montrée au public, et c'est ce que nous faisons aujourd'hui pour calmer son impatience par rapport à une nouvelle qu'il ne connaissait même pas il y a quelques instants !… ah! mon Dieu, que ce monde va vite! Cette planche illustre le conte dit du Grand vol des Samares qui tel un vol de crécelles se serait posé à Romagnat un jour dans les années en question et dont l'une de ces samares (orthographe incertaine ?) n'aurait pas pu redécoller comme l'Histoire et les histoires en attente d'on ne sait quoi… la suite simplement peut-être. Quelle belle histoire décidément, que je pourrais vous raconter à la veillée, un soir d'hiver d'une année où il n'y aura pas d'élections !
Cette "attente de la samares"… mais bon Dieu oui ! Elle est à rapprocher de cette autre histoire plus récente qui date des années 50 du siècle dernier et qui dit qu'un architecte trouvant une samares desséchée dans le parc du château de la Prugne se serait dit que ça pourrait-être une belle idée pour le plan d'un préventorium… la suite vous la connaissez !… et si vous la connaissez pas allez donc voir le billet : "Plus près du cœur !"

Quant aux Grands jours de Romagnat, leur histoire** est peut-être en train de s'écrire, mais celle de l'architecture publique locale, dont j'ai déjà touché deux mots dans le billet "Répétition générale", elle reste à écrire (je le ferai peut-être !). Elle répond à des motifs peu ordinaires quoique dans le milieu de la politique et de l'architecture des choses par ailleurs incroyables prennent de ces tours !… et je ne parle pas des détours!

** allez voir dans n'importe quel bon bouquin sur l'histoire de l'Auvergne…

Vexation citoyenne : Une responsabilité partagée…

Avec le recul ce qui a déplu, c'est une forme d'incivilité institutionnelle liée au fait que la population n'ait pas été informée au préalable au vote de la section, qu'il y aurait une primaire au PS (idée que tout le monde soutient aux autres niveaux) entre le secrétaire de la section François Farret et Jean-François Sauvadet le maire par intérim, puisque c'est ainsi qu'on devrait nommer celui qui à été coopté en cours de mandat en remplacement d'un autre, ce qui aurait pour effet positif de ne pas anticiper sur une légitimité que cette espéce de suffrage universel délégué ne saurait conférer :c'est la dure loi de l'intérimaire !
Cette information soudaine, cette mise devant le fait accompli, j'ai vécu ça (comme beaucoup d'autres) comme ce que je nomme maintenant : une vexation citoyenne!… Un peu comme s'il y avait plusieurs niveau de citoyenneté, celle du parti s'imposant à celle de la nation dont on va pourtant in fine solliciter les suffrages… En plus d'être paradoxale cette attitude doit donc nous oblige à repréciser ce qui devrait être une évidence pour ne pas retourner au communautarisme : il n'y a qu'une citoyenneté élargie dorénavant pour les élections locales aux citoyens européens vivant là où se déroule les dites élections… Ce qui est un pas important !
La transparence des partis étant rétablie, il revient bien sûr des partis aux seules adhérents de désigner leur candidat… Comme ce n'était pas le cas, a pu naître l'idée d'un coup de force hatif et s'installer une forme de légitimité pour celui qui en aurait été la victime !... Pour tout dire c'était idiot et pas très politique comme type de comportement !… Surtout de la part de ceux qui sont d'acharnés partisans de la "démocratie participative" qui me semble voudrait opérer selon la procédure : 1/ la population 2/ les parties 3/la population...

Dans cette affaire donc, et seulement sur ce plan, tous étaient responsables , François Farret un peu sans doute par inexpérience. Et Jean-François Sauvadet d'abord (la fameuse mémoire courte) par oubli et suffisance (damned ! What is it ? "One" révolution my lord ! No possible !…) after… par rouerie, instrumentalisant, l'idée du complot rendue possible par la maladresse initiale, qui a fortiori se trouve être dans sa nature.

Ceci est je pense la bonne analyse. J'ai du mal à penser que JFS y souscrive mais je crois que François Farret aurait tout intérêt à le faire et à faire amende publique honorable dans ce cas là : "maladresse avouée est beaucoup plus qu'à moitié pardonnée"… C'est à mon avis manière d'aller à Dâme… de faire pas tout à fait mât encore, mais échec quand même !

Réflexion d'un citoyen "apartide", qui a failli tomber dans le panneau !……………

13 janvier 2008

Ce blog est un chantier permanent…

Chaque jour, je rajoute ici quelques mots et j'en retranche d'autres, ailleurs de l'iconographie, là un surlignage pour faciliter la lecture : je retravaille… Autant dire que mes blogs je ne les utilise pas de manière convenable sans doute, mais à ma manière à moi c'est sûr. Pour mon usage personnel donc, j'ai découvert, il y a quelques temps, que le blog pouvait être autre chose qu'un moyen d'évacuer ses flatulences (même si j'en conviens ceci est parfois nécessaire…) et ce sont pour moi au contraire des espaces de réflexion, des chantiers d'écriture que je reprends sans cesse car comme Sartre le disait, "écrire c'est sepréciser", car la pensée est toujours en reprise, en attente et en devenir - et "penser contre soi" une "nécessité premiére" rajoutait-il, dans laquelle se fonde l'éthique ! Ainsi qui vit vraiment, assure en permanence sa "présence au monde" et la renouvelle, se déconstruisant en permanence et se reconstruisant pour bonne part avec ces matériaux de démolition et par de nouveaux apports . Cette réfléxion est le grand apport de Jacques Derrida : c'est peu être là que se fait l'expérience fondatrice d'un développement durable qui ne soit pas un gadget : le développement personnel. Écrire en est l'outil essentiel, seul l'écrit -fruit d'un effort tant pour l'écrire que pour le lire- quel que soit son niveau nous engage envers soi-même et envers les autres, c'est modestement d'une part de cet engagement que ce blog vaudrait témoigner. Écrire est un travail auquel aucun slogan, aucune posture idéologique, aucune affirmation péremptoire, tant elle dissimule ainsi une méfiance, ne saurait se substituer: Un travail préalable à tout discussion ! Écrire donc est une exigence pour construire une pensée et sur elle une action à qui elle donne une argumentation pour être soutenue-j'écarte le mot "défendue "-… il me semble d'ailleurs que c'est ça qui dérange !

'Quand j'aurais compris comment on se sert de la marge, j'installerais cette considération générale en frontispice, insensible au déroulement des jours !

Allez donc voir il y a un peu partout -même à la queue- des choses nouvelles…d'autres viendront s'y rajouter! Bonsoir !